Architecture

Les façades ajourées en beauté

13 Avr 2021

Du chalet rustique à la maison contemporaine, cinq exemples de maisons qui font bon usage des avantages du bardage en bois ajouré.

 

© Milo Keller. Parution EC5/2018

Maison à Grimisuat (détails plus bas).

 

Les architectes n’ont de cesse de tester de nouvelles façons d’embrasser les contextes locaux et d’ouvrir les bâtiments sur la nature environnante. Qu’il s’agisse d’utiliser des matériaux de proximité ou de connecter une bâtisse au paysage, de nombreux projets de construction et de rénovation de maisons mettent en scène des bardages de façade en bois ajourés.

 

Les bardages ajourés sont constitués de lames disjointes. Contrairement au bardage en bois classique, le bardage à claire-voie n’implique pas de superposer les lames de bois pour qu’elles se chevauchent. Ses lattes sont espacées entre elles de un à plusieurs centimètres.  

 

Côté esthétique, les bardages à claire-voie agrémentent le bâtiment d’un subtil jeu de lumière car ils combinent astucieusement les vides et les pleins. Ils permettent de créer des surfaces légères et texturées qui ont du rythme. Côté technique, ce type de façades présente aussi quelques avantages comme une meilleure circulation de l’air ou une protection contre les chocs thermiques.

 

Mais surtout, le grand intérêt de ce revêtement est de faire entrer la lumière. Devant une fenêtre ou un vitrage, il laisse filtrer la clarté du jour tout en protégeant la maison du rayonnement trop intense du soleil. Par ailleurs, ce brise-soleil (qui permet de créer des fenêtres cachées) joue aussi le rôle de brise-vue. À la manière d’un claustra ou d’un moucharabieh, il laisse voir sans être vu…

 

À suivre, quelques exemples d’applications particulièrement réussies des bardages ajourés.

 

1/Dans une ferme traditionnelle

Située à Morzine, cette ferme traditionnelle avec toit en bâtière à pan cassé a été transformée par l’architecte Jérémie Koempgen. Vue de l’extérieur, la nouvelle façade du chalet paraît très fermée mais c’est une illusion. S’inspirant des claires-voies des greniers à foin de la région, l’architecte a en effet conçu un bardage ajouré dont le dessin répond à la course du soleil et au parcours des ombres projetées au fil du jour par les bâtiments environnants.

 

© Gaelle Le Boulicaut. parue dans EC1. 2014.

 

 

© Gaelle Le Boulicaut. parue dans EC1. 2014.

 

 

2/Dans une maison traditionnelle

Sur les contreforts du Jura, le bureau d’architectes L3P  a transformé une maison traditionnelle à colombages en une sculpturale construction. Les façades s’habillent d’un parement composé de lames d’épicéa brutes de sciage de 2 cm d’épaisseur et de largeurs variées dont l’aspect a été inspiré des façades traditionnelles des granges locales. Ces lames non jointives ont été disposées à claire-voie et ornées de jours décoratifs. À l’intérieur, le parement de façade ajouré projette dans toute la pièce des motifs lumineux qui voltigent comme des étoiles filantes. Ce parement sert en outre à protéger des rayons du soleil ou des regards indiscrets.

 

©Sabrina Scheja  parue dans C&R 2016.

 

©Sabrina Scheja  parue dans C&R 2016.

 

©Sabrina Scheja  parue dans C&R 2016.

 

 

3/Dans une maison contemporaine en “chenille”.

Cette maison tout en longueur est posée dans un magnifique paysage, à Grimisuat, petit village à 800 m d’altitude au-dessus de Sion. L’idée du claustra – ou moucharabieh – s’est rapidement imposée, de même que la notion d’espace traversant, ce qui a amené les architectes de Tempesta Tramparulo à concevoir une enveloppe permettant de voir sans être vu. L’ordre vertical des planches en mélèze sert à gérer la lumière et la vue; les diagonales derrière, sous-structure, tiennent le bardage vertical ensemble. C’est donc l’aspect constructif qui a généré le motif décoratif.

 

© Milo Keller. Parution EC5/2018

 

© Milo Keller. Parution EC5/2018

 

© Milo Keller. Parution EC5/2018

 

 

4/Dans une maison contemporaine parallélépipédique

Cette maison située à Grohe (Belgique) a été réalisée par le bureau Crahay & Jamaigne. En façade, le bardage vertical ajouré est décliné avec différents espacements en fonction des zones. Il permet, en outre, de relier visuellement certains espaces extérieurs (comme le couloir allant du car port à la porte d’entrée) au volume de la maison.

 

© Crahay & Jamaigne

 

© Crahay & Jamaigne

 

© Crahay & Jamaigne

 

5/ Autour d’un espace extérieur abrité

Dans un quartier résidentiel de Kiyosu (Aichi, Japon), l’atelier d’architecture de Kota Mizuishi a construit cette maison d’habitation à deux étages. L’utilisation d’un bardage ajouré devant la terrasse a permis de relier l’espace extérieur à son environnement tout en maintenant un lien visuel entre la maison et ses voisins. L’écran de bois est abrité sous un toit perméable qui vient prolonger le toiture de la maison.

 

© hiroshi tanigawa

 

© hiroshi tanigawa

 



Partager cet article