Actus

Un prix pour Dreier Frenzel Architecture+communication

13 Oct 2020

Début octobre, l’Établissement Cantonal d’Assurance (ECA), la Fédération vaudoise des entrepreneurs (FVE) et la Fondation vaudoise pour la culture (FVPC) ont remis le Prix de la culture du bâti aux architectes Yves Dreier et Eik Frenzel. Une distinction qui salue leur engagement dans la conception et le rayonnement du patrimoine bâti vaudois.

 

 

 

 

Yves Dreier et Eik Frenzel

 

Diplômés en architecture à l’ETH à Zurich et à la TU à Dresden, Yves Dreier et Eik Frenzel fondent en 2008 le bureau Dreier Frenzel Architecture + Communication. Dès le départ, celui-ci porte en lui l’idée de dialogue et d’échange afin de développer un propos adapté au monde contemporain, à sa diversité et ses richesses.

 

Yves Dreier et Eik Frenzel ont été lauréats de nombreux concours d’architecture et sont les auteurs de réalisations emblématiques dans la région.

 

  • © Roman Keller, Eik Frenzel

    Ecoquartier Jonction, immeuble FVGLS. Les six étages de logements sont desservis par quatre cage d’escaliers prolongées de coursives. La cour intérieure offre un cadre de jeux et d’échanges informels au coeur du bâtiment. Les fenêtres en bandeaux, la structure porteuse ponctuelle et la spatialité en méandre des espaces de vie offrent une grande liberté d’appropriation aux locataires.

  • © Paola Corsini, Matthieu Gafsou, Eik Frenzel

    Immeuble Verdeaux à Renens. Le statut particulièrement contraignant de la parcelle génère la forme du bâtiment, un triangle-rectangle avec deux angles tronqués.

  • ©Ariel Huber, Eik Frenzel

    Pavillon et parc Château de Chillon. A l’aide d’une végétation densifiée, le domaine du château se distingue subtilement du paysage et permet l’ancrage du monument dans son site. Dans le même temps, les pavillons du jardin, débarcadère, kiosques, fortins, d’une échelle modeste, appuient la sensation d’unité et de cohérence. 

L’activité des deux architectes dépasse la seule envie de construire et se colore volontiers d’approches expérimentales et théoriques. Leur obsession à considérer l’architecture comme un bien commun s’appuie sur un panel ciblé de thématiques: les valeurs futiles du quotidien, l’expression collective de la domesticité, la diversité des modes d’habiter et la démocratie participative. Le duo questionne la séparation stricte entre les communs et l’espace privé, entre une norme individualiste qui s’impose aujourd’hui encore et l’envie émergente d’usages quotidiens plus collectifs.

 

La capacité des architectes à « désautomatiser les automatismes » leur a donné l’opportunité d’enseigner à l’EPFL en tant que Professeurs-invités. Ils furent également récompensés par les Swiss Art Awards en 2016 et le Prix Best Architects en 2019. Le jury du Prix de la culture du bâti a quant à lui salué leurs actions dans le débat critique et théorique.

 

 

 



Partager cet article