Architecture

L’architecture de la récup’ est en marche

29 Sep 2022

Au quotidien, on adopte les principes de l’économie circulaire en allongeant la durée d’utilisation de ses produits, en réparant de vieux équipements, en échangeant ou revendant des objets d’occasion… Les gestes pour limiter le gaspillage des ressources et la production de déchets sont connus. Mais avez vous déjà entendu parler du bâtiment circulaire? Ou de réemploi des matériaux de construction? Cette pratique écologique – qui concerne tant les maisons individuelles que les complexes immobiliers, la rénovation que le nouveau bâti, le bricoleur du dimanche que les architectes – s’organise en Suisse et ailleurs. Elle est en train de bouleverser notre manière de penser l’architecture.

 

Le réemploi, c’est la réutilisation des matériaux tels quels, sans transformation. Autrement dit, une pratique ancestrale. De l’Egypte ancienne aux civilisations postérieures, le réemploi de matériaux a été largement entrepris. Un des exemples les plus connus est celui de la mosquée-cathédrale de Cordoue qui fut un temps la plus grande mosquée du monde après La Mecque. Cet édifice a été transformé à maintes reprises en prélevant des matériaux sur les bâtiments romains préexistants.

 

Plus tard, l’avènement des valeurs de la modernité entraîne des heures plus sombres pour la pratique de la récupération en architecture. Ainsi, à partir du milieu du XIXe siècle, la production industrielle de matériaux à faible coût et l’invention de systèmes de démolition rapide mettent à mal le réemploi. Mais il resurgit dans les années 60-70 comme symbole de la contre-culture américaine en matière d’habitat.

 

Alors que chez nous, les hippies retapaient des vieilles fermes, leurs frères américains construisaient Drop City dans le Colorado, avec des extraits de  de carrosseries de voitures, tandis que le talentueux maçon Clarence Schmidt bâtissait à Woodstock la Maison aux miroirs faite d’un labyrinthe de fenêtres. Or, les Etats-Unis donnèrent rapidement une légitimité à cette pratique écologique marginale en mettant en place des dispositifs pédagogiques et en créant un nouveau métier, déconstructeur, qui consiste à extraire les matériaux sur le chantier avec soin.

 

© Victorgrigas at en.wikipedia

L’architecte Mike Reynolds a construit sa première Earthship (littéralement vaisseau terrestre ou Géonef) en 1972 à Taos au bou Nouveau Mexique. Par la suite, il supervisa la construction de nombreux modèles d'habitation de ce type. Ces maisons sont faites de pneus, deteilles de verre, de canettes et autres matériaux récupérés (environ 80% des matériaux utilisés sont des déchets). Elles sont conçues pour être autosuffisantes en eau et en énergie. Le monde regarde toujours avec intérêt ces constructions même si elles ne sont pas adaptées à tous les climats et présentent quelques insuffisances techniques (dans l'isolation par exemple).

 

En Suisse, la situation est bien différente qu’aux Etats-Unis dans les années 60-70. Davantage de normes, davantage de béton (plus difficilement démontable), le réemploi tardera à trouver une légitimité. D’autant que, côté coûts, il implique inévitablement du travail manuel et de la manutention.

 

Cependant, la pratique de la récup’ dans le bâtiment réapparaît dans les années 90 avec la création des Bauteilbörse (ou ressourceries) qui combinent un objectif mixte: éviter le gaspillage et employer des travailleurs en difficulté.  Elle connaît surtout un regain d’intérêt depuis une dizaine d’années car un nombre croissant d’acteurs privés ou publics et d’architectes voient dans le réemploi le meilleur moyen de réduire les émissions de gaz à effet de serre, dont le secteur du bâtiment est l’un des plus gros contributeurs.

 

En effet, les déchets de construction et démolition constituent 65% des déchets générés en Suisse (Wälti et Almeida, 2016). Or, le réemploi se présente comme une solution bien plus avantageuse que l’élimination des déchets qui s’avère souvent coûteuse, en raison de la nécessité de les broyer, les brûler ou les enfouir. Quant au recyclage,  il peut induire de grosses dépenses énergétiques pour transformer la matière en autre chose.

 

1. Une pratique qui fait ses preuves à différentes échelles

 

© Dylan Munoz

L'atelier ré-architecture à Lyon a créé un laboratoire de cuisine dans une véritable démarche de réemploi pour un traiteur zéro déchet nommé Les dames de la cantine. Ainsi, des fenêtres existantes chinées ont servi pour les parois vitrées, des surplus de commandes d'isolant pour les parois extérieures, des fins de stock de carrelage pour les revêtements muraux, du mobilier de cuisine déconstruit dans un château lyonnais en travaux etc... Le projet a été conçu au fil des trouvailles, en collaboration avec Mineka et Bobi réemploi, acteurs lyonnais du réemploi.

 

Remettre à neuf d’anciens matériaux de finition, utiliser des équipements de cuisine et de salle de bain d’occasion, remplacer une porte par un modèle déniché sur anibis… L’envie de donner une seconde vie aux équipements de la maison s’est naturellement frayée une place dans la rénovation de villas individuelles et autres petits bâtiments, surtout à travers la pratique du bricolage amateur.

 

Pourtant, si le recyclage en Suisse est actuellement à la pointe des pays développés, le réemploi est encore rare alors que la masse des éléments de construction susceptibles d’être réutilisée est particulièrement importante.

 

C’est pourquoi les expériences se multiplient afin de prouver qu’il s’agit d’une pratique architecturale vectrice de qualité et d’esthétique. L’enjeu est aussi de démontrer que cette forme de récupération est économiquement viable tant pour les travaux de finitions que les structures porteuses du bâtiment et les éléments de gros œuvre (tuiles, briques, pierres, etc.).

 

Ainsi, le bureau Baubüro in situ à Bâle – qui fait figure de pionnier en Suisse – a développé depuis 2015 plusieurs grands projets faisant largement usage du réemploi. Exemple avec un bâtiment industriel à Winterthur pour lequel les composants structurels (poutrelles métalliques) ont été récupérés dans un bâtiment voué à la démolition puis remontés de manière différente, sans faire fondre l’acier.

 

Halle K.118 Winterthur, Réalisation Baubüro in situ.

 

Aux côtés du Baubüro in situ, d’autres architectes se sont lancés aujourd’hui dans cette démarche. À l’exemple en Suisse romande de Dettling Péléraux architectes ( avec le Centre de formation des métiers de la construction à Renens),  FAZ architectes (qui a eu l’idée ingénieuse de découper et récupérer des dalles en béton provenant de chantiers de démolition pour construire les Halles de machines au Jardin Alpin de Meyrin) ou Christian Jelk de l’atelier 404 à Ste-Croix (qui a guidé la coopérative DomaHabitare).

 

© Corinne Cuendet. Parution CB3/2022.

Dans le Jura vaudois, la coopérative DomaHabitare est partie à la recherche d’un nouveau paradigme de l’habitat. Elle a privilégié le réemploi de matériaux et éléments (portes, lavabos, fenêtres, etc.).

 

En réalité, cet élan en faveur du réemploi s’observe encore davantage à l’étranger, comme l’a montré l’exposition itinérante Matière Grise (conçue en 2015 par le Pavillon de l’Arsenal à Paris). Aujourd’hui, les briques de seconde main construisent de nouveaux pavillons à Bruxelles; dans le Massachusetts, les portiques d’un viaduc autoroutier structurent une villa; à Saint-Denis, le bardage refusé pour un centre commercial enveloppe désormais la prestigieuse Académie nationale contemporaine des arts du cirque, etc. Bien que l’utilisation de matériaux récupérés soit encore marginale, les 75  projets  de bâtiments sélectionnés ont largement témoigné du potentiel du réemploi.

 

Siège du Conseil européen à Bruxelles. Un bâtiment bardé de châssis de seconde main en provenance des 27 membres de l'Union. Architecte: Philippe SAMYN and PARTNERS.

 

Autre indicateur de l’intérêt croissant pour la récupération, le lancement en 2021 des Trophées Bâtiments Circulaires par l’association française Le Booster du Réemploi et la plateforme de communication Construction 21. Leur site permet à tous de découvrir divers projets de construction et de rénovation ainsi que des témoignages et des retours d’expérience (candidats au prix 2022 icilauréats du prix 2022 ici, candidats au prix 2021 ici,  lauréats du prix 2021 ici).

 

Parallèlement, un corpus théorique se constitue peu à peu. Plusieurs acteurs planchent ainsi sur l’élaboration d’une banque de données qui expliquerait simplement ce qui peut être conserver (ou pas) lors de travaux de démolition et de rénovation. À  l’instar du projet européen FCRBE, qui a permis d’élaborer 36 fiches pratiques de matériaux facilement réemployables (à consulter ici sur le site nweurope.eu).

 

© Michel Ogier

Projet La tentation du réemploi de L'Archiviolette. Il concerne Les Foyers Normands à Colombelles (France) et a été lauréat des Trophées Bâtiments Circulaires en 2021. Les bardages extérieurs, les carrelages et les faïences sont issus de fins de stock; les peintures de bidons entamés. Il s'agit de réemploi pour ce qui concerne les éléments d’aménagement extérieur: béton concassé, blocs de granit.

 

© Michel Ogier

Salle de bain du projet La Tentation du réemploi de L'Archiviolette.

 

 

2. La distribution de matériaux d’occasion s’organise

Où trouver en Suisse des matériaux et des équipements de réemploi? Quel intérêt y’a-t-il à récupérer les déchets du bâtiment s’ils ne trouvent pas d’acquéreur? Depuis quelques années, plusieurs filières se sont organisées sous forme de plateformes de vente spécialisées dans la construction. On pourrait les comparer à des friperies du bâtiment ou des bourses de matériaux d’occasion.  Mais certains de ces espaces commerciaux offrent des services supplémentaires, comme du démontage à domicile ou de l’expertise en bâtiment.

 

Le site de Salza.

 

Promaison: un exemple de ressourcerie fondée par Caritas, dont le but est de combiner le réemploi de pièces et de matériaux pour la maison avec des programmes de réinsertion professionnelle. Promaison assure le démontage à domicile, restaure le mobilier et des éléments techniques courants, puis assure la vente au détail. Elle possède un magasin à Yverdon-les-Bains et un showroom à Renens. La vente en ligne se fait par le biais de la plateforme Use again présentée ci-dessous.

 

Use again: cette plateforme Internet associative existe depuis 2012 bien qu’elle ait changé de nom. Elle permet d’acheter du matériel de seconde main ou de s’en débarrasser via des ressourceries dispersées sur le territoire national. Elle propose des prix bien au-dessous du marché.

 

Matériuum: basée à Genève, l’association Matériuum a pour mission de préserver les ressources naturelles en promouvant le réemploi de matériaux et en développant cette filière en Suisse. Elle collecte de matériaux de seconde main auprès d’institutions culturelles et d’entreprises privées dans divers secteurs et les revend en dessous du prix des matériaux neufs. Elle est aussi active dans le conseil et l’expertise. Son site dispose d’une boutique en ligne.

 

Salza: il s’agit d’une plateforme Internet d’échange d’éléments de construction, créée en 2016 et d’emprise nationale. Elle fait connaître en temps réel les éléments susceptibles d’être réemployés peu avant la démolition de bâtiments. Son principe est une mise en relation directe entre les chantiers de démolition et ceux de construction, sans passer par un dépôt ou stockage intermédiaire. Salza est également active dans le développement de l’architecture de réemploi et la mise en réseau de ses acteurs.

 

 

 

Pour plus d’informations sur le réemploi, consultez l’étude Construire le réemploi par Salza et Matériuum pour l’Office fédéral de l’environnement.

 



Partager cet article