Architecture

Une maison contemporaine solaire

04 Mar 2021

Cette petite maison, sise à Tamins dans les Grisons, prouve que la technologie solaire intégrée dès l’origine d’un projet est synonyme de grande élégance. Réalisé par le bureau d’architectes de Valentin Bearth, Andrea Deplazes et Daniel Ladner, ce projet a été couronné par plusieurs prix en Suisse et à l’étranger.

 

 

© Juan Rodriguez. Parution C&R 2018.

Façade sud. Calée contre une pente, la maison bénéficie de deux niveaux, chacun de plain-pied. De ce côté, la maison semble n'avoir qu'un niveau. Ce pan du toit est entièrement recouvert de de 96 panneaux photovoltaïques à cellules solaires monocristallines.

 

Eléments rajoutés, voire mal intégrés, les panneaux solaires sont souvent assimilés à des “verrues” architecturales, éléments rajoutés et mal intégrés, voir laideur. Ce projet créé à Tamins, dans les Grisons, fait la démonstration inverse. Réalisée par le bureau d’architectes de Valentin Bearth, Andrea Deplazes et Daniel Ladner, cette habitation rurale a été récompensée pour sa qualité architecturale, qui est à la hauteur de son efficacité énergétique. En 2017, l’Agence solaire suisse lui décerne ainsi le Prix solaire suisse – Prix Norman Foster Solar Award, puis le prix d’architecture Gebäudeintegrierte Solartechnik, en Allemagne, lui attribue une distinction. 

 

Ce n’était pourtant pas l’intention de départ de créer un “projet énergétique”; il s’agissait plutôt de tendre vers la simplicité et l’efficacité. L’exceptionnelle intégration architecturale de la technologie solaire à la construction en témoigne. En effet, le pan du toit, composé de 96 panneaux photovoltaïques à cellules solaires monocristallines, fait partie intégrante de la construction et constitue un élément architectural en soi. L’espace de vie occupe une position centrale à l’étage et bénéficie de grandes ouvertures côtés nord et sud.

 

La simplicité du volume et du plan ainsi que la matérialité renvoient à une image archaïque de l’archétype de la maison. Il s’agit en fait d’une conception contemporaine dans l’air du temps célébrant la technologie solaire. Toute l’audace des architectes réside dans le fait d’avoir su parfaitement intégrer cette nouvelle habitation à son contexte villageois, tout en considérant les panneaux photovoltaïques comme un élément architectural propre, avec sa forme, son esthétique et son détail à développer.

 

© Juan Rodriguez. Parution C&R 2018.

Vue sur la façade nord de cette maison, sise à Tamins, dans les Grisons.

 

© Juan Rodriguez. Parution C&R 2018.

Le détail de la géométrie de la toiture et des panneaux photovoltaïques très fins confère un profil particulièrement élégant à la construction. Les modules solaires sont posés sur une sous-structure en bois. Le système est totalement intégré au toit.

 

Le pan sud du toit est entièrement recouvert de 96 panneaux photovoltaïques à cellules solaires monocristallines offrant un rendement optimal (verres solaires sans cadre MegaSlate, 3S Solar Plus). Côté nord, c’est de l’Eternit ondulé qui recouvre la charpente en bois, en référence aux bâtiments agricoles environnants. Le détail de la géométrie du toit et des panneaux photovoltaïques exceptionnellement très fins (6,5 mm d’épaisseur!) donne un profil très élégant et élancé à la construction. Les modules solaires sont sont posés sur une sous-structure en bois, lisible dans la zone des avant-toits, dans celle du faîte en saillie ainsi que sur les façades est et ouest. Le système de modules est totalement intégré au toit.

 

La maison étant calée contre une pente, l’étage – côté sud – est de plain-pied. Au nord, ce sont deux niveaux qui s’élèvent du sol. À l’étage, l’espace de vie se déploie au centre du plan avec de grandes ouvertures au nord et au sud. De part et d’autre, une salle de bain et une chambre, dont l’intimité est préservée de l’extérieur. 

 

Au rez-de-chaussée, l’espace central est dédié à un grand atelier. Deux autres chambres sont placées chacune d’un côté du plan, de manière très efficace et offrant un maximum de surfaces.

 

Voilà le beau témoignage d’une réussite tant architecturale qu’énergétique. Plus que jamais au goût du jour, l’architecture solaire a un potentiel énorme et de beaux jours devant elle!

 

© Juan Rodriguez. Parution C&R 2018.

Par son généreux volume créé par la forme du toit, l'espace de vie central incarne l'archétype de la maison. La structure de la charpente est visible de part et d'autre sous les avant-toits. Côté sud, ce niveau est de plain-pied.

 

© Andreas Graber. Parution C&R 2018.

La cuisine ouverte fait partie intégrante de l'espace de vie. L'îlot est traité en béton brut de décoffrage et dialogue de manière harmonieuse avec le bois. Tous les sols sont composés d'un béton ciré, lissé à la spatule.

 

© Andreas Graber. Parution C&R 2018.

La salle de bain est située à l'étage. Une petite ouverture amène la lumière naturelle, tout en préservant l'intimité nécessaire.

 

© Andreas Graber. Parution C&R 2018.

Au rez-de-chaussée, un grand atelier est aménagé. À l'intérieur, les murs sont recouverts d'un enduit à la chaux. La large épaisseur de l'enveloppe est lisible sur les ouvertures et rappelle celle des anciennes habitations rurales. Par le choix des matériaux et des teintes et par la simplicité et l'efficacité du plan, un grand calme se dégage des espaces.

 



Partager cet article