Deco

Couleurs vintage

01 Nov 2018

Entre effets de mode et quête de nouvelles expressions, le siècle dernier s’apparente à un roman de la couleur. Retour sur les couleurs vintage qui ont animé cette passionnante histoire.

 

Dans le creux des couleurs se cache un miroir magique qui nous révèle notre époque. En effet, le sens et le pouvoir d’attraction qu’on accorde à chacune d’entre elles en dit long sur nos goûts, notre personnalité mais aussi sur notre héritage culturel. Car les couleurs se rattachent à une époque dont elles peuvent devenir le symbole. En allant plus loin, on peut dire que chaque période ou chaque courant décoratif est représenté par une palette chromatique et qu’il est possible de parler de “couleurs vintage” ou de “couleurs du vintage”. Si les teintes, prises individuellement, ne diffèrent pas forcément radicalement d’une décennie à une autre, on constate toujours un changement d’habitude dans la manière de les associer et de les faire interagir. A cet égard, le XXe siècle aura vu défiler bien des modes, tant dans les décors que les papiers peints. Une richesse qui s’explique notamment par le développement de l’accessibilité aux peintures de couleur intense pendant cette période.

 

 

 

Les couleurs vintage des fifties: une intensité contenue 

 

Dans les années cinquante, après la guerre, une nouvelle légèreté défie le côté sombre des styles classique et rustique. Les meubles s’affinent et deviennent plus hauts sur pied. De grands noms du design, comme Saarinen, Jacobsen, Eames ou Gio Ponti, dessinent des pièces qui révolutionneront le monde de la décoration. Côté couleur, outre les jaune, bleu et rose pâles déjà évoqués, les fifties voient aussi apparaître toute une gamme de couleurs beaucoup plus intenses. Ainsi, le jaune chaud et saturé s’entoure de nuances stimulantes. Celles-là contiennent souvent un peu de noir, car si l’époque est optimiste, l’heure n’est tout de même pas aux débordements: le style moderne touche encore une bourgeoisie proprette qui prône des valeurs de fierté, de maîtrise et de confort.

 

De gauche à droite: Peinture Canton, Little Greene • Golden Buff, Ressource • Orange Aurora, Little Greene • Sultan, Ressource • Apple Green, Ressource.

 

  • © Sanderson

    La collection nommée 50s s’inspire du travail de la styliste Lucienne Day.

    Papier peint Wrappings, Sanderson

  • @archive Pfister parue dans EC6/2013

    Salon proposé par Pfister en 1956

  • © Kok Maison

    Salon inspiré des fifties et proposé en 2013 par Kok Maison

Les couleurs vintage des sixties: les associations audacieuses

 

Les années soixante sont celles de la rébellion de la jeunesse, de la joie de vivre, et cela s’exprime dans la décoration. Pour la première fois on ose associer des meubles anciens et des créations avant-gardistes. Sur les papiers peints et les tissus d’ameublement surgissent des fleurs exubérantes, des carreaux et des motifs géométriques dans l’esprit du styliste Eddie Squires. Les bruns et les bronzes font une percée significative. On les marie à toutes les couleurs, en particulier aux jaunes (voir la réédition du papier peint à grosses fleurs Star Flower chez LittleGreene), aux orange et aux roses dont la palette s’élargit. De surcroît, les nuances violettes que l’on avait un peu oubliées lors de la décennie précédente refont surface.

 

De gauche à droite: le rose carmin, apparu dans le nuancier Littlle Greene en 1968, fut une couleur très populaire, même pendant les seventies • Carnival, Ressource • Mood Violet, Ressource • Golden Brown, Ressource • Norwegian Blue, Ressource

 

  • © Le Grand Hôtel de Cannes parue dans EC6/2013

    Le Grand Hôtel de Cannes fut construit en 1963 et rénové en 2006 dans le même esprit sixties. Ici, la suite Face à la Mer.

     

  • © Vintage Wallpapers

    Deux papiers peints fabriqués à la fin des années soixante et revendus parla société belge Vintage Wallpapers


  • Papier peint Star Flower de Little Greene

Les couleurs vintage de l’avant-garde des sixties: l’exubérance

 

Jeunesse, joie de vivre, mais aussi esprit d’aventure caractérisent les années soixante. Ces belles années sont témoin d’un atterrissage sur la lune, et les progrès techniques suscitent de nouveaux rêves de science-fiction. Certains architectes et designers se font les porte-parole du futurisme et créent toutes sortes de meubles aux formes non conventionnelles, à l’instar de Joe Colombo. Celui-là rit rapidement l’habitude de peindre le sol, les murs et parfois le plafond de la même couleur. S’il commença par utiliser des teintes issues de la nature, il se tourna dans un second temps vers des couleurs artificielles beaucoup plus vives. Un choix encouragé par le contexte, car c’est à cette époque qu’on découvre comment fabriquer des pigments artificiels résistant aux effets chimiques et aux ultraviolets. Ces teintes inspirent ainsi une nouvelle gamme de couleurs éclatantes, qui semblent vibrer et miroiter. Plus exubérante que jamais, celle-là nourrit un style pop dans lequel on mélange souvent le noir et le jaune (quand ce n’est pas le noir et le blanc) ou encore le rose, l’orange et le violet. Avis aux fans du style pop des sixties: des tissus et des tapis de Verner Panton sont aujourd’hui réédités par Maharam et Designercarpets.

 

De gauche à droite : Shoking Ping • Purple Pop • Shamrock • Lemon • Mikado, toutes chez Ressource

 

  • ©Arch. Ignazia Favata/Studio Joe Colombo, Milan. Photo parue dans EC6/2013

    Appartement de la rue Sismondi 31 dessiné par
    Joe Colombo en 1964.

  • ©Arch. Ignazia Favata/Studio Joe Colombo, Milan. Photo parue dans EC6/2013

    Appartement de la rue Sismondi 31 dessiné par
    Joe Colombo en 1964.

  • ©Poggenpohl parue dans EC6/2013

    Cuisine Poggenpohl datant de 1962.

Les couleurs vintage des seventies: place à la nature!

 

Coincées entre esprit révolutionnaire et culte du plaisir, les années septante voient cohabiter les tendances les plus diverses en matière de décoration. Entre le style néorustique guidé par Laura Ashley, le style classique-graphique inventé par David Hicks et le style pop psychédélique, prolongement de la mouvance pop, l’époque affiche son éclectisme. Or malgré l’éclectisme des influences qui agitent le monde de la maison, les couleurs du coucher du soleil et de la terre donnent bien souvent le ton. Ainsi les bruns, les jaunes et les oranges – qui étaient déjà très présents dans les années soixante – n’auront jamais autant séduit que pendant cette décennie. Comme si toute l’époque semblait vouloir se rapprocher de la nature… Du moins c’est comme ça que nous l’interprétons.

 

De gauche à droite: Carrot, Ressource • Burnt Orange, Ressource • Oxlip, Ressource • Royal Maroon, Ressource. • Horizon, Little Greene • Callaghan, Little Greene

 


  • Papier peint Dotty inspiré des seventies, Ferm Living

  • ©Archive Pfister parue dans EC6.2013

    Salon proposé par Pfister en 1976.

Les couleurs vintage des seventies: version pop psychédélique 

 

Les années septante s’habillent de teintes psychédéliques et hypergraphiques. Le thème de l’arc-en-ciel fait alors sensation, que ce soit dans la mode (voir les rayures multicolores que l’on trouve sur les chaussettes, les shorts, les bonnets, les T-shirts…), dans les oeuvres de l’artiste Frank Stella, ou sur les papiers peints présentant une succession de bandes colorées. Pas de grandes différences entre la palette pop des sixties et celle des seventies si ce n’est la disparition progressive des violets au profit de divers bleus intermédiaires. Par ailleurs, on tend de plus en plus souvent à associer des teintes très contrastées, créant par là des chocs de couleurs plutôt musclés.

 

 

De gauche à droite: Leather, Little Greene • Atomic Red, Little Greene • Oxlip, Ressource • Green Gage, Ressource • Horizon, Ressource • Helena R, Ressource

 

  • ©Prisunic parue dans EC6/2013

    Salon proposé par Prisunic

  • ©Kartell parue dans EC6/2013

    Aménagement d’une salle de bains proposé par Kartell en 1976 et publié dans «Idee per Abitare» No 1.

  • ©Kartell parue dans EC6/2013

    Aménagement d’une cuisine proposé par Kartell en 1976 et publié dans «Idee per Abitare» No 1.


  • Papier peint Lavaliers de 1975 réédité par Little Greene

Les couleurs vintage des eighties: génération désenchantée

 

Les années huitante voient la disparition des tons orangés et bruns qui avaient dominé les sixties et les seventies. A une époque où faire carrière est primordial, le blanc et les tons pastel gagnent en importance en ce qu’ils inspirent un sentiment de luxe. Mais d’autres teintes puisent leur inspiration dans la désillusion et le cynisme qui règnent à cette époque. Le blanc et le noir sont omniprésents, heurtés parfois par la présence de couleurs vibrantes, rouge en tête. Enfin, un ton encore atypique pour l‘intérieur, le turquoise, commence à s’afficher dans nos maisons.

 

De gauche à droite: Trumpet, une couleur apparue dans les années septante dans le nuancier de Little Greene. Utilisée avec parcimonie (sur les menuiseries, par exemple), elle fut très populaire jusqu’au début des années huitante •Noir.•. Royal Blue 19-3955, Pantone • Rose violet 17-2624, Pantone • Ribbon Red 19-1663, Pantone

 


  • Table Macaone dessinée par Alessandro Mendini en 1985 pour Zanotta.

  • ©Ikea parue dans EC6/2013

    A Älmhult (Suède), ambiance eighties lors de l’exposition Ikea through the ages.



Partager cet article