Architecture

Vers un retour de la couleur en architecture

09 Août 2017

Les architectes contemporains qui ont fait de la couleur une vraie partie de leur travail, à l’instar du Mexicain Luis Barragán, sont peu nombreux. Le moderne est souvent monochrome, voire volontairement terne. Les exceptions à cette règle sont d’autant plus remarquées.

Orbit, parc olympique de Londres, conçu par l’artiste Anish Kapoor et l’ingénieur Cecil Balmond en 2010-2012 dont la couleur rouge appuie la forme inattendue, ou encore le travail d’Arad, de Perrault et du duo Jakob + MacFarlane annoncent peut-être un vrai retour de la couleur en architecture contemporaine. Dans les trois exemples qui suivent, la couleur sert manifestement à faire remarquer l’architecture. Une façon comme une autre de signaler une certaine contemporanéité.

 

A Lyon Confluence

 

En France voisine, un projet met la couleur en avant. Le Cube orange (Lyon, 2010) de Dominique Jakob et Brendan MacFarlane a été réalisé dans le cadre d’une importante opération d’urbanisme sur les terrains de l’ancien port fluvial de Lyon. Les architectes présentent leur projet comme «un simple cube orthogonal dans lequel a été foré un gigantesque trou qui répond à des besoins d’éclairage naturel, d’aération et de perspective. Ce vide transperce horizontalement l’immeuble, à la fois du quai vers l’intérieur et de bas en haut jusqu’au toit en terrasse», expliquent les architectes. De cinq niveaux de hauteur, le bâtiment repose sur une ossature de 29×33 mètres. Il est peint en orange en référence à «une couleur industrielle souvent utilisée dans les zones portuaires». Le vide pratiqué est une «perturbation» de la stricte géométrie d’origine du projet. En toiture, une terrasse offre une vue sur Lyon, la colline de Fourvière et le quartier de Lyon Confluence. Le Cube orange abrite le siège social du groupe de promoteurs immobiliers Cardinal et un showroom de design.

 

  • Le Cube Orange. Jakob + Macfarlane Architects. © Nicolas Borel

    Le Cube Orange. Jakob + Macfarlane Architects.

  • Le Cube Orange. Jakob + Macfarlane Architects. © Nicolas Borel

    Le Cube Orange. Jakob + Macfarlane Architects.

  • Le Cube Orange. Jakob + Macfarlane Architects. © Nicolas Borel

    Le Cube Orange. Jakob + Macfarlane Architects.

A l’école polytechnique de Lausanne

 

Le bâtiment de l’administration centrale de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne est une autre exception à la règle de l’absence de couleur. Inauguré le 4 juin 2013, la structure utilise l’ossature métallique de l’ancienne bibliothèque centrale de l’EPFL (remplacée par celle du Rolex Learning Center). Le bâtiment de l’administration, réalisé avec l’entreprise Karl Steiner, abrite sur près de 5100 m2 les services centraux de l’école (ressources humaines, services financiers, vice-présidence, planification et logistique…) ainsi qu’un bureau de poste et un café-restaurant. L’architecte responsable de cette rénovation, Dominique Perrault, est par ailleurs l’auteur de la Bibliothèque nationale de France à Paris et d’une grande partie de la Cour européenne de justice à Luxembourg. La nouvelle façade de verre émaillé coloré, «organisée sur la trame d’origine du campus», signale l’intersection des deux axes majeurs. L’axe nord-sud qui relie le Rolex Learning Center à la station du métro M1 et au futur Centre de congrès actuellement en construction, et l’axe est-ouest qui forme un mail urbain s’ouvrant à l’est vers l’UNIL. Selon l’EPFL, cette «première étape du plan de réorganisation du campus mené par l’architecte français (…) connecte en couleurs le système hyperrationnel d’organisation du campus avec l’ambitieux projet de transformation de l’école. »

 

  • Dominique Perraud Architecte. © Léornore Baud / DPA /ADAGP

    Le nouveau bâtiment de l’administration centrale de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne.

  • Dominique Perraud Architecte. © Alain Herzog / EPFL

    Le nouveau bâtiment de l’administration centrale de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne.

  • Dominique Perraud Architecte. © Léornore Baud / DPA /ADAGP

    Le nouveau bâtiment de l’administration centrale de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne.

Le musée du design en Israël

 

Ron Arad est né à Tel-Aviv en 1951. Designer industriel, artiste et architecte, il a étudié à l’Académie de l’art de Jérusalem (1971-1973) et à l’Architectural Association (AA) à Londres (1974-1979) auprès de Peter Cook et Bernard Tschumi. En 1981, il crée One Off Ltd., studio de design, avec Caroline Thorman et, en 1989, le couple fonde Ron Arad Associates. En dehors du Design Museum Holon (Holon, Israël, 2006- 2010) présenté ici, les interventions architecturales de l’agence comprennent, entre autres, l’Hôtel Duomo (Rimini, Italie, 2006) et le centre commercial Mediacité (Liège, 2009). C’est en 2003 que Ron Arad a reçu commande du premier musée national israélien du design. Il a été édifié sur un terrain rectangulaire de 3700 m2, à l’intersection de deux axes majeur (nord-sud et est-ouest) de cette ville située au sud de Tel-Aviv. Cinq grands bandeaux d’acier rouillé Corten (long d’un kilomètre au total) constituent l’épine dorsale du projet en un impressionnant geste architectural où la couleur de l’acier, et son indéniable présence physique, domine. Une galerie en étages offre une «ouverture protégée» sur la façade nord. Les deux galeries principales (500 et 200 m2) sont traitées comme des «boîtes noires», mais à éclairage naturel. Le parcours que suivent les visiteurs sert également d’espace d’exposition.

 

  • Musée du design de Holon. Ron Arad, One Off ltd. © James Foster

    Musée du design de Holon

  • Musée du design de Holon. Ron Arad, One Off ltd. © James Foster

    Musée du design de Holon

  • Musée du design de Holon. Ron Arad, One Off ltd. © Jessica Lawrence

    Musée du design de Holon



Partager cet article