Maison Pratique

Trois jardins sur un toit

04 Mai 2021

Pour réintroduire la nature en ville, inventer des espaces cultivables de proximité ou encore aménager des jardins d’agrément en plein ciel, les toitures des bâtiments offrent des terrains idéals. Elles constituent des surfaces aussi utiles qu’agréables. Trois exemples signés par des paysagistes.

 

N°1. Un jardin sur le toit d’un garage

Réalisation de Mise en Scène Créations SA sur la côte vaudoise

 

© Michel Kellenberger. Parution EC5/2017

 

© Michel Kellenberger. Parution EC5/2017

 

Difficile d’imaginer que le jardin présenté ci-contre – avec sa terrasse en bois, son allée gravillonnée, ses rochers et ses généreuses plantations – a été aménagé sur le toit du garage d’une petite résidence. Pour parvenir à un tel résultat en tenant compte des contraintes propres à ce type de surface, le projet a délibérément
laissé une large place au minéral.

 

Les besoins en eau sont ainsi limités, car l’un des premiers écueils de ce type d’aménagement est le risque de dessèchement dû à la faible épaisseur de terre. Si la couche de terre est restreinte à 30 cm à  l’emplacement des cheminements et des terrasses elle est, en revanche, portée jusqu’à 90 cm en certains points; ce qui permet de créer des buttes propices à des plantations denses et à l’implantation d’arbustes.

 

L’espace ainsi modelé reproduit un environnement très naturel au sein duquel deux terrasses ont pris place. Le jardin, qui bénéficie d’intéressantes perspectives au-delà des toits, dégage une atmosphère générale empreinte de sérénité à laquelle bambous, gravier et blocs de pierre savamment disposés confèrent une côté
japonisant.

 

N°2. Un belvédère arboré sur le Léman

Réalisation Gilbert Henchoz SA dans le Lavaux.

 

© Thierry Parel. Parution EC5/2017

 

© Thierry Parel. Parution EC5/2017

 

L’aménagement de cette vaste terrasse de 170 m2 en plein ciel a nécessité l’hélitreuillage des matériaux directement en toiture. Le travail d’étanchéité des surfaces permet de rediriger l’intégralité des eaux excédentaires vers les descentes d’eaux pluviales du bâtiment. La terrasse est traitée en deux espaces distincts: l’un accueillant un salon installé sur un podium en bois d’ipé est grand ouvert sur le panorama ; l’autre, plus discret, destiné au repas, est protégé par un rideau de bambous.

 

En profitant des formes organiques de la toiture existante, les architectes paysagistes du bureau Gilbert Henchoz SA ont créé des promenades sinueuses qui relient les deux zones entre elles. Le cintrage des grands bacs de plantations amplifie encore les courbes du bâtiment, dynamise les cheminements et estompe les limites. Équipés de réserves d’eau, ces bacs en inox accueillent des plantes vivaces et des arbustes qui résistent au vent et aux grands écarts de température et demandent peu d’entretien.

 

Les feuillages des hostas, des bambous, des buis taillés en topiaire, des herbes du Japon et des sagines moussues se déclinent dans diverses tonalités de vert que viennent ponctuellement agrémenter les floraisons blanches des gauras étoilés et des amélanchiers. Deux bassins de formes différentes ponctuent chacune des ambiances, leur surface miroitante fait écho à l’étendue aquatique du lac.

 

N°3. Un potager urbain en hauteur

Réalisation Cornelius Gavril et Piuarch à Milan

 

© Daniele Cavadini. Parution EC5/2017.

 

© Daniele Cavadini. Parution EC5/2017.

 

Voilà une réalisation qui pourrait bien se multiplier à l’avenir. Ce jardin potager en plein cœur de la ville a été imaginé par les architectes de Piuarch sur le toit du petit immeuble qui abrite leur bureau d’architecture dans le quartier de Brera à Milan. Avec la complicité du paysagiste Cornelius Gavril, ils ont inventé ce concept, aisément reproductible, à partir de palettes en bois.

 

Ce matériau peu coûteux et facile à se procurer est utilisé ici sur ses deux faces ; l’une servant de revêtement de sol, l’autre de contenant pour la terre et les plantations. Légumes, fruits, plantes aromatiques et fleurs y croissent en abondance, allées et zones de détente permettent aux membres de l’équipe de s’offrir un bol d’air ou de s’y retrouver pour des échanges informels ou des apéritifs en plein ciel avec le voisinage.

 

Outre sa vocation agricole et esthétique, ce jardin sur le toit présente un autre avantage, il protège de la chaleur les habitations situées en-dessous.

 



Partager cet article