Actus

Swiss design à Londres

05 Oct 2018

Forte présence helvétique durant la semaine de design londonienne. Reflet du dynamisme et de la diversité de la créativité suisse.

 

Dans l’un des sites les plus emblématiques du London Design Festival, le London designjunction, sept studios suisses exposaient une sélection de leurs travaux. Au Somerset House, l’installation Body of Us, constituait la contribution suisse à la Design Biennale. Et au V&A Museum, l’Ecal présentait Digital Market, une expo-vente démonstrative du rôle du designer dans le nouveau cycle de production.

 

 

À la designjunction

 

Dans les anciens locaux industriels parmi les plus iconiques de South Bank, soutenus par Pro Helvetia, sept labels et designers, sous le label Design Switzerland, proposaient différentes approches et programmes, représentatifs de la richesse et de la diversité du design helvétique. Verity Studios présentait des éclairages spectaculaires animés par des drones voués au divertissement, Ulysse Martel exposait avec Aethyrlab des articles de sport réinventés. Iiode, un collectif de design repoussait les frontières des systèmes d’éclairage LED avec des installations très poétiques. Hors pistes, dans un registre très différent, est un atelier nomade qui réunit designers contemporains et artisans issus de cultures diverses, de pays comme le Burkina Faso ou les Barbades pour produire des objets du quotidien avec une forte plus-value. Dimitri Bähler présentait sa collection de céramiques, où il poursuit depuis de nombreuses années sa recherche sur le langage et l’esthétique de cette matière. Et dans le style industriel très helvétique, mêlant fonctionnalisme et humour, SuperLife exposait une collection de meubles et d’objets en métal. Et pour compléter le panorama très large de la créativité suisse et surtout son engagement sur les questions relatives à l’environnement, WormUp présentaient leur système de lombricompostage.

 

 

 

  • © Teo Zanin

    Aethyrlab est une ligne d’équipement de rugby révolutionnaire comprenant des casques, des protège-tibias et des articles de protection du corps, conçue par le designer Ulysse Martel.

    Présent à l’exposition Design Switzerland durant la London designjunction

  • © Teo Zanin

    Argentiques est une série de plateaux en aluminium dont les motifs ont été conçus à partir de plantes collectées à Ouagadougou.

    Hors Pistes, Argentiques de Emmanuel Ilboudo & Valentine Dubois.

    Présent à l’exposition Design Switzerland durant la London designjunction

  • © Teo Zanin

    Hors Pistes, Légendes Urbaines de Ilboudi Ablacé, Dimitri Baehler, Alphone Ouedraougo & Antoinette Boukougou.

    Présent à l’exposition Design Switzerland durant la London designjunction

  • © Teo Zanin

    VPTC, une collection de céramiques de Dimitri Bähler Studio

    Présent à l’exposition Design Switzerland durant la London designjunction

  • © superlife

    Octave, Babar and Nestor de Superlife

    Présent à l’exposition Design Switzerland durant la London designjunction

  • © Verity Studio

    Lucie, de Verity Studios

    Présent à l’exposition Design Switzerland durant la London designjunction

 

Au Somerset house

 

Sous le titre Emotional States, «États émotionnels», 40 pays, villes et territoires présentaient au Somerset House comment le design influence nos émotions. La Suisse proposait à travers une installation allégorique pour réfléchir au sens des relations sociales dans un monde hyper individualiste. Baptisé Body of Us, une vaste boîte de pétri contenant des bactéries de la pièce où elle est exposée et des gens qui l’ont visitée. Pour la conservatrice Rebekka Kiesewetter. «Les bactéries des matériaux de construction et des corps humains interagissent et se développent de manière imprévisible, créant ainsi de nouvelles relations entre le corps et l’espace.» cqfd.

 

 

© Body of Us

Vue de l'installation Body of Us

 

 

Au Victoria & Albert Museum

 

Le projet a déjà été présenté à Milan durant Il Salone, mais l’intérêt et la pertinence de cette exposition-vente reste intacte, toujours aussi attractive. Dans l’un des halls du célèbre musée londonien, un ensemble d’imprimantes 3D fabrique des objets du quotidien (mais attention, conçus par des designers de l’école) vendus directement sur place. Le projet est réalisé en partenariat avec la marque d’imprimantes 3D Formlabs.

 

 

 

© ECAL/Calypso Mahieu

L'exposition «ECAL Digital Market» présentée au Victoria & Albert Museum dans le cadre du London Design Festival.

 



Partager cet article