Maison Pratique

Assistants de sommeil

17 Mai 2019

Marre de compter les moutons ? Quand le sommeil nous donne du fil à retordre, le problème vient souvent de notre environnement. Solutions à explorer pour mieux recharger ses batteries en dormant.

 

Certains se disent plutôt du soir, d’autres plutôt du matin.  Quand d’autres encore ne savent plus où ils se situent, tant leurs nuits sont difficiles et entrecoupées de multiples réveils. 35% de la population suisse souffre aujourd’hui de troubles du sommeil, forts ou légers : insomnies, difficultés d’endormissement, microréveils nocturnes, voire apnées du sommeil. Les origines de ces dysfonctionnements sont multiples. Et mieux réussir son voyage au pays des rêves demande souvent d’emprunter des routes bien différentes ; du rééquilibrage alimentaire à la sophrologie en passant par l’amélioration de son environnement de sommeil.

 

Un dernier point important, car agir sur les éléments de l’espace habité peut avoir un impact significatif sur la durée et la qualité du sommeil ainsi que sur l’endormissement.

 

LA LITERIE

 

Coupe d’un sommier et d’un matelas Treca. Le sur-matelas améliore l’accueil du matelas; il se compose de matières nobles et naturelles qui régulent la température.

 

Pour satisfaire Hypnos, pas de miracle ! Investir dans un bon nid de plumes est souvent le prix à payer pour un sommeil de plomb. L’offre proposée par les fabricants de literie haut de gamme n’a en effet pas d’égale en termes de confort.

 

Un matelas à la fois souple et ferme diminue l’activité musculaire nocturne et permet un sommeil lent-profond de bonne qualité. C’est aussi un allié précieux pour éviter les tensions et les douleurs dorsales. Tout comme l’oreiller, qui doit supporter la tête sans casser la nuque.

 

Par ailleurs, les propriétés de régulation thermique du couchage améliorent aussi la qualité du sommeil. Ainsi les mousses à structures alvéolaires, les matelas à ressorts enchâssés, ceux possédant une face été (garnie de soie, de lin, de coton ou de bambou) aident à réguler l’humidité de la transpiration en été. Idem pour les draps en soie, en lin et en coton (type satinette, percale,jersey…) qui évitent que le cocon nocturne se transforme en hammam pendant la saison chaude.

 

À l’inverse, les draps en flanelle et les matelas ou sur-matelas avec faces hiver (garnies en général de poils de chameau, de cachemire ou de phytobiolaine) permettent de se réchauffer plus rapidement sous la couette.

 

 

LE BRUIT

 

La stimulation auditive n’est pas toujours néfaste pour le sommeil. Les bruits blancs, qui mélangent toutes les fréquences audibles de manière aléatoire et sans signification particulière, peuvent favoriser l’endormissement. Mais aussi les bruits roses dont les « pffuts » sont un peu plus graves et profonds, proches de ceux des torrents. Certains bruits de fond permanents comme ceux des vagues ou du crépitement d’un feu peuvent aussi avoir un effet hypnotique.

 

Pour diffuser ce type de sonorités, il existe aujourd’hui des applications, des enceintes (chez Nature & Découvertes) et même des bandeaux connectés (Dreem de Rythm, Sleepbuds de Bose, SmartSleep de Philips…) dont le succès est grandissant.

 

Le bandeau Dreem de l’entreprise de neurothechnologie Rythm mesure l’activité cérébrale et utilise des stimulations sonores (bruits roses) pour faciliter l’endormissement, améliorer la qualité du sommeil profond et permettre de se réveiller plus reposé.

 

Des pistes à explorer même si c’est l’accès au silence qui s’impose à la plupart de ceux qui souffrent de troubles du sommeil. Solution souvent présentée : les textiles acoustiques. Il en existe aujourd’hui de toutes sortes et de toutes formes, à appliquer contre les murs ou le plafond. Certains fabricants viennent même de développer des rideaux semi-transparents permettant de limiter les désagréments sonores, comme les voilages Drops ou Melu de Kvadrat.

 

Outre leur atout décoratif, ces textiles « absorbent » le son. Ils limitent sa réverbération et sont souvent utilisés pour réduire le niveau sonore des bruits intérieurs dans une pièce qui résonne. Certains d’entre eux (par exemple Divina de Kvadrat que l’on peut utiliser comme doublure de rideaux) permettent aussi d’atténuer l’inconfort des bruits de l’extérieur.

 

Cependant, les textiles acoustiques ne sont pas à considérer comme des solutions d’isolation. Ils n’empêchent pas réellement le bruit de passer d’une pièce à l’autre, ni de l’extérieur de la maison vers l’intérieur. Seuls des doubles vitrages ou des solutions constructives au niveau des murs et des plafonds stoppent la propagation du son.

 

 

LA LUMIÈRE

 

Rideau occultant Grazia, Création Baumann

 

La lumière joue un rôle crucial dans la synchronisation de l’horloge biologique humaine. Et pour recaler son horloge interne sur le rythme du soleil plusieurs bonnes habitudes peuvent être prises.

 

Par exemple, réduire la luminosité de son logement en fin de journée, avant de s’abandonner au noir total durant la nuit – avec des rideaux occultants par exemple. On peut aussi jouer sur la qualité et la température de l’éclairage. Car une lumière blanche à composante de bleu élevée – correspondant à celle d’un ciel bleu dans la journée – tend à augmenter la vivacité et l’attention. Raison pour laquelle les liseuses et les téléphones mobiles proposent souvent des « modes nuit » ou des options à activer, programmables selon l’heure du coucher, pour limiter les effets de la lumière bleue générée par leurs écrans.

 

Parmi les fabricants de luminaires qui ont étudié les effets physiologiques de la lumière se trouve Artemide qui a lancé ses recherches dans les années nonante avec la collection Metamorfosi. L’entreprise est aujourd’hui capable de reproduire toutes les couleurs du spectre visible et peut permettre de percevoir en intérieur toutes les longueurs d’ondes générées par la lumière naturelle du soleil.

 

Sa lampe Gople renferme ainsi par exemple une technologie brevetée de lumière colorée dite RWB pour rouge-blanc-bleu. À la différence de l’ordinaire système de lumière colorée RVB (rouge-vert- bleu), le système RWB s’avère plus proche de l’éclairage naturel. Il se contrôle via une application.

 

La lampe Gople d’Artemide et sa technologie de lumière brevetée RWB procure un environnement lumineux proche du naturel.

 

 

L’AMBIANCE

 

Entre le crépuscule et l’aurore, quand les pensées galopent, l’heure du sommeil recule. C’est pourtant le moment de « souffler » et… de mieux respirer, au sens propre. C’est-à-dire de l’air sain dans une chambre bien aérée, des odeurs apaisantes ; les huiles essentielles de camomille et de lavande sont réputées pour faciliter l’endormissement. Il est temps aussi de faire baisser la température du corps dans une pièce chauffée entre 18 et 20°C. Et de laisser l’esprit se déconnecter dans une atmosphère douillette.

 

© Nicolas Mathéus

Une chambre à l’ambiance reposante et épurée, dont le design va à l’essentiel. Une réalisation de l’Agence Jouin Manku dans l’hôtel-restaurant de l’abbaye de Fontevraud, jouinmanku.com

 

Pour bien dormir, la chambre doit aussi être bien rangée. Côté décor, la sobriété repose l’esprit. Les couleurs douces et un aménagement aéré contribuent à créer une atmosphère propice au repos.

 

À l’inverse, mieux vaut supprimer tout ce qui peut stimuler les pensées. Comme par exemple, les bibliothèques et la télévision qui sont plutôt synonymes d’activité. Tout comme le smartphone qui inconsciemment envoie au corps le message de rester sur ses gardes et prêt à répondre à toute demande. Sans oublier que certaines personnes sont particulièrement sensibles aux ondes émises par ces appareils… Pour mieux dormir, il faut parfois troquer son natel super intelligent contre un bon vieux réveil. Chiche !

 



Partager cet article