Design

Saurez-vous démêler le vrai du faux ?

15 Août 2017

Les différences entre un meuble design original et une copie sont parfois subtiles, voir impalpables pour les non-initiés. Voici quelques indices à suivre sur cinq icônes du design.

Fauteuil LC2, design Le Corbusier, P. Jeanneret et Ch. Perriand en 1928. Edité par Cassina depuis 1964. Sur le vrai, le pliage du tube métallique présente un aspect courbe, non anguleux. L’épaisseur de la courbe est parfaitement constante. Le coussin du haut est moins épais que celui du bas. Les soudures sont soigneusement lissées et polies depuis que Cassina produit le fauteuil. Sur la structure est gravée la signature de Le Corbusier, la signature Cassina, le logo Cassina I maestri et un numéro de série. Toujours signés, les modèles plus anciens ne sont pas gravés avec la totalité de ces éléments. Cela s’explique notamment par le fait que le LC2 était produit par Thonet et Embru avant 1964.

 

Diamond lounge chair, design Harry Bertoia en 1952, édité par Knoll depuis cette date. Sur le vrai, les pieds remontent relativement haut. Les tiges métalliques s’entrecroisent visiblement, celles du haut arrivant devant celles du bas. Le pourtour de la coque se compose d’un seul fil. Les pieds sont fixés à la coque par des vis. Le nom de la marque Knoll est gravé.

 

Barcelona, design Mies van der Rohe en 1929, édité par Knoll depuis 1953. Sur le vrai, Il y a huit sangles en haut, et neuf en bas. Sur les coussins, les carrés de cuir sont reliés par des passepoils qui forment des petits boudins. Lorsqu’on ouvre la housse des coussins, il apparaît clairement que cette housse se compose de plusieurs carrés de cuirs juxtaposés. Un logo représentant la lettre K est inscrit sur la face intérieure du rembourrage. Il n’y a pas de couture visible sur les coins de l’assise. Aujourd’hui les pieds sont fins mais pendant longtemps on pouvait choisir entre deux épaisseurs. Il n’y a en tous cas jamais eu de renfort sur la base. Sur les versions actuelles, le nom KnollStudio et la signature du designer y sont gravés avec un numéro de série.

 

Panton chair, design Verner Panton en 1960, édité par Vitra depuis 1967. A l’origine, la Panton chair fut fabriquée en fibres de verre, dans une version plus grande et plus lourde que toutes les autres. Après cela, la chaise fut produite en mousse Baydur (1968-71), en plastique dur injecté polystyrol (1971-79), en mousse dure (1983-1999) et aujourd’hui en polypropylène. Sur le vrai modèle, le dossier présente un galbe doux, sans méplat. Il n’y a pas de renfort entre le dessous de l’assise et le traîneau inférieur, sauf sur certains modèles anciens. On a la signature de Verner Panton, puis le logo Vitra qui sont surmoulés. Dans les années septante, un logo Herman Miller était posé sous forme d’autocollant ou imprimé dans la masse. La signature Verner Panton n’est apparue que dans les années 80.

 

Swan, design Arne Jacobsen en 1958, édité par Fritz Hansen. Ce qui permet de distinguer le vrai du faux se situe souvent dans les proportions. Par ailleurs sur le vrai, la couture est présente sur tout le pourtour du siège (assise, accoudoirs et dossier). Entièrement réalisée à la main, celle-ci laisse apparaître de minuscules vaguelettes comprenant 1200 points de couture espacés d’environ un centimètre. La signature d’Arne Jacobsen et le logo FH de Fritz Hansen sont situés sur l’accoudoir gauche. Un numéro de série est inscrit sous la coque.

 

 



Partager cet article