Architecture

Peter Zumthor en Allemagne

09 Août 2017

Révélé au niveau international grâce aux Thermes de Vals, l’architecte suisse Peter Zumthor relie le passé et le présent de l’architecture dans deux monuments spectaculaires allemands.

L’époque de l’architecture spectacle est-elle d’ores et déjà terminée? Le fait est que les extravagances nées de la période de l’argent «facile» se voient remises en cause de Dubaï à Moscou en passant par Shanghai. Certes, tous les architectes de renommée internationale n’ont pas cédé à la tentation de l’excès. Il en est un qui, ici en Suisse, poursuit un chemin décidément à part, qui refuse la publicité si l’opportunité de celle-là vient à s’offrir, mais qui propose pourtant une voie permettant de relier le passé et le présent de l’architecture, c’est Peter Zumthor, né à Bâle en 1943.

 

Formé dans un premier temps comme apprenti menuisier (1958), il est diplômé de la Schule für Gestaltung de Bâle (1963) puis étudie l’architecture et le design au Pratt Institute à New York. De retour en Suisse, il devient architecte spécialisé dans le patrimoine historique dans les Grisons (1968-1977) et crée sa propre agence à Haldenstein (GR) en 1979. Zumthor attire l’attention des milieux de l’architecture internationale à la fin des années nonante avec ses Thermes à Vals (GR, 1996) et la Kunsthalle de Bregenz (Autriche, 1997).

 

Il est également l’auteur du pavillon suisse à Hanovre (Allemagne, 2000). Mais ses réalisations se font relativement rares. Il aura fallu attendre 2007 pour voir surgir deux nouveaux bâtiments, de nature à rappeler toute la force de sa créativité. Il s’agit de la chapelle de Sankt Niklaus von Flüe (Mechernich-Wachendorf, Allemagne, 2003-2007) et du Musée d’art Kolumba pour le diocèse de Cologne (Allemagne, 2003-2007). Tous deux présentés ici, ils ébranlent les idées reçues sur ce qui constitue l’architecture contemporaine.

 

Non loin de la ville de Cologne, dans la région d’Eifel, la chapelle Sankt Niklaus von Flüe – dédiée au saint patron de la Suisse – se dresse, isolée, dans une ferme. Haute de 12 mètres, elle n’a qu’une seule porte triangulaire en métal, et la lumière du jour n’est admise que par une verrière zénithale. Presque brute dans sa substance, la chapelle a été construite par son commanditaire et des voisins transformés en artisans locaux. Pendant vingt-quatre jours, ces derniers ont coulé une couche de béton par jour, gardant visibles les traces de la formation de la structure. Cette coquille pentagonale terminée, pour vider la structure, l’architecte a brûlé les planches d’épicéa ayant servi de coffrage, laissant l’empreinte inaltérable du bois et du feu dans son intérieur.

 

  • © Antje Quiram

    Chapelle Sankt Niklaus von Flüe

  • © Antje Quiram

    Chapelle Sankt Niklaus von Flüe

  • © Antje Quiram

    Chapelle Sankt Niklaus von Flüe

  • © Antje Quiram

    Chapelle Sankt Niklaus von Flüe

Autant la chapelle se dresse isolément, portant en sa structure les stigmates de sa réalisation, autant le Musée Kolumba de Cologne s’intègre dans un milieu urbain riche d’histoire et pose toute une série de questions bien différentes. En 1989, l’archidiocèse de la ville a repris ce musée, créé en 1853 par la Société pour l’art chrétien. Il ne restait qu’un pilier du choeur de l’ancienne église de Sainte- Colombe, la tâche de l’architecte était compliquée par la présence d’une chapelle, conçue par Gottfried Böhm pour contenir ce vestige. De plus, des traces de présences romaines, gothiques et médiévales ont été découvertes lors de fouilles sur le site. Comme il se doit, Zumthor a bien conservé ces vestiges. Il a même érigé un passage en bois qui permet aux visiteurs de les découvrir. Le nouveau bâtiment de l’architecte suisse – qui contient environ 1600 m2 de galeries destinées à une collection d’art chrétien – comporte des colonnes en béton et en acier et des façades constituées de briques très fines. De subtiles ouvertures permettent à la lumière du jour de pénétrer les surfaces de ces briques. Elle vient animer cette architecture qui est, par ailleurs, très sobre, voire – en apparence – fermée.

 

  • @ Roland Halbe

    Musée d’art Kolumba

  • @ Roland Halbe

    Musée d’art Kolumba

  • Musée d’art Kolumba Roland Halbe

    Musée d’art Kolumba

A la chapelle Sankt Niklaus von Flüe, au musée d’art Kolumba  – tout comme dans les Thermes de Vals – Zumthor apporte à l’architecture contemporaine un sens historique, un lien à la terre, une sorte d’enracinement qui, cependant, ne découlent pas d’une quelconque référence aux formes du passé. Tout tient dans la texture et la lumière ou… dans l’absence de lumière. La pierre, le béton et le soleil procurent à l’architecture de Peter Zumthor ce lien indispensable avec l’histoire, un lien qui reste plus de l’ordre du ressenti que du nécessairement visualisé. Et si on se souvenait un jour de Peter Zumthor comme du plus grand architecte suisse de son époque?

 



Partager cet article