Actus

Projet pilote

09 Fév 2021

Le premier parc solaire flottant du monde en milieu alpin a été mis en service en Valais. Il a remporté le Watt d’Or 2021 de l’Office fédéral de l’énergie dans la catégorie énergies renouvelables.

 

Premier parc solaire flottant alpin.

 

Il ressemble à grand radeau mais est doté des dernières technologies en matière de production d’énergies renouvelables. Le premier parc solaire flottant d’altitude trône fièrement sur le lac des Toules. Ce petit plan d’eau créé par un barrage est situé à 1810 mètres d’altitude dans la commune de Bourg-Saint-Pierre. A sa surface désormais, 2240 mètres carrés de panneaux photovoltaïques capables de produire 800 000 kilowattheures d’énergie par an, soit l’équivalent de la consommation annuelle en électricité de 220 ménages.

 

Le lieu a été choisi pour optimiser les infrastructures routières et électriques préexistantes. Une approche rationnelle pertinente qui a séduit le jury de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN).  L’OFEN a en effet décerné en janvier dernier le 14e Watt d’Or, dans la catégorie énergies renouvelables, au parc flottant de Bourg-Saint-Pierre. Conçu par Romande Énergie, en collaboration avec ABB Suisse, cette réalisation aura demandé six ans de travaux pour vérifier la faisabilité d’une telle construction.

 

Si des projets similaires existaient déjà en Grande-Bretagne, au Japon et ailleurs en Asie, le parc flottant de Bourg-Saint-Pierre est le premier au monde en milieu alpin. Sa structure flottante est capable de résister à des températures de -25 à +30 °C, à des vents de 120 km/h et à une couche de glace de 60 cm d’épaisseur. Pour que la neige ne nuise pas au fonctionnement des cellules photovoltaïques, un modèle de panneaux à deux faces a été choisi. Avec la réflexion de la lumière sur la neige et sur l’eau, la face arrière de chaque panneau produit de l’énergie, ce qui chauffe le panneau et fait fondre la neige.

 

Le parc flottant pourrait même tirer avantage des conditions météorologiques particulières de la montagne. La forte réverbération de la lumière sur la neige et sur l’eau ainsi que la finesse de la couche atmosphérique devraient favoriser une meilleure réception de l’énergie solaire. Le rendement de l’installation devrait, enfin, tirer avantage des basses températures car les panneaux photovoltaïques sont toujours plus efficaces par temps froid.

 

 



TAGS :
Partager cet article