Deco

Les luminaires ont le bras long

08 Août 2017

Si les luminaires aux bras longs et à potence sont tendance, la question de leur bonne utilisation se pose souvent. 

Qu’ils se fixent aux murs ou aux plafonds, par l’intermédiaire d’une rosace ou d’une potence, les luminaires aux bras longs ont la cote. Souvent dessinés au début du XXe siècle, ils incarnent le style industriel; un style vintage que l’on reconnaît par ses formes sobres et l’utilisation parcimonieuse de matériaux comme le métal.

Côté pratique, ce type de lampes permet d’avoir un point lumineux décalé par rapport aux sorties électriques existantes dont l’inconvénient est souvent de ne pas être situées là où l’on a besoin d’éclairage. Elles s’avèrent de surcroît pivotantes.  Inconvénient: elles occupent souvent beaucoup de place.

A suivre, quelques exemples où les luminaires à potence ont trouvé une place judicieuse. Preuve qu’ils peuvent faire de l’effet dans toutes les pièces de la maison.

 

 

  • © Vibia

    Dans une entrée. Lampe North, design Arik Levy, Vibia.

  • © Arflex

    Au salon. C’est au-dessus d’un canapé de la marque Arflex qu’ont été installés ces deux luminaires à potence. Dessinés par Paolo Rizzatto en 1973, les lampes 265 sont éditées par Flos. Elles présentent une amplitude de plus de 2m et existent en blanc ou en noir.

  • © Olivier Lempereur

    Devant une niche. Le bureau d’architecture d’intérieur Olivier Lempereur a créé ce cocon douillet dédié à la détente. La niche qui accueille un canapé est éclairée par la lumière naturelle d’un puit de jour situé au niveau du plafond. Pour compléter cet éclairage naturel, des spots ont été fixés sur les parois; à l’avant se trouve la fameuse lampe potence 265 de Flos.

  • © Catherine Plumet

    Dans une chambre. L’architecte d’intérieur Catherine Plumet est l’auteure de cette belle ambiance (www.catherineplumet.fr). Le luminaire à bras articulés situé au-dessus du lit est inspiré des lampes de Serge Mouille, mais s’avère beaucoup plus accessible (La Redoute).

  • © B&B Italia

    Dans une chambre. Le système d’éclairage d’origine à potence a été conservé. Lit rayé noir et blanc d’Antonio Citterio pour B&B Italia.

  • © Vision Apartments

    Sur une tête de lit. Ici un des nombreux appartements proposés par Vision Apartments, une société spécialisée dans la location d’appartements de haut standing. Bien que les lampes (Gras 216 de DCW Editions) soient fixées relativement bas sur la tête de lit, elles permettent d’éclairer les livres par le dessus lorsqu’on se tient en position de lecture.

  • © Ceramica Cielo

    Dans une salle de bains. C’est encore la lampe potence 265 de Flos qu’a choisi le fabricant de mobilier de salle de bains Ceramica Cielo pour illustrer son catalogue. Ici le luminaire sert avant tout à attirer le regard sur la très belle baignoire en résine Cibele.

  • © Poliform

    Dans une cuisine. La lampe murale pivotante Potence (Vitra) que l’on voit sur cette photo est considérée comme l’un des chef-d’œuvres de Jean Prouvé. Si elle a été conçue en 1950 pour la maison Tropiques, elle trouve parfaitement sa place au-dessus de cet îlot de cuisine contemporain (modèle de cuisine Artek de Varenna).

  • © Fabrizio Cicconi/Living Inside parue dans Espaces contemporains n°1-2016

    Dans une cuisine. Lampe Potence, design Jean Prouvé en 1950, Vitra. Dans la maison de Patrizia Tenti, architecte et galeriste.

  • © Luceplan

    Dans la salle à manger. Le jeune Daniel Rybakken est le designer de la lampe Counterbalance éditée par Luceplan. Celle-ci est pourvue d’un système fluide d’équilibrage: un contrepoids vient compenser la tendance du long bras à plonger vers le bas et assure ainsi la stabilité du diffuseur. Le luminaire semble vouloir défier les lois de la physique !

  • © Artemide.

    Au bureau. Si cette photo a été prise dans un bureau professionnel, la lampe Tolomeo d’Artemide trouve également facilement sa place au-dessus d’une table de travail domestique. Elle existe dans de très nombreuses versions, notamment plafonnier décentré (ici) ou plafonnier à deux bras.

  • © Nemo Lighting

    Au bureau. Ici la lampe Marseille, design Le Corbusier entre 1949/1952, Nemo Lighting.



Partager cet article