Actus

Le réemploi dans la construction

09 Sep 2021

Donner une seconde vie aux briques, aux plaques de plâtre, aux éléments en béton préfabriqués, c’est possible. Le réutilisation des matériaux de construction apparaît même comme une piste majeure pour l’architecture de demain.  Alors que se tient à Brügg  une belle exposition sur ce thème (Matière Grise), nous revenons sur le bien-fondé de cette pratique.  

 

Comme la plupart des pays européens, la Suisse a décidé de réduire ses émissions de gaz à effet de serre, dont le secteur du bâtiment est lun des plus gros contributeurs. Mais si la rénovation du parc immobilier existant et la promotion des énergies renouvelables font désormais partie des pratiques incontournables, le réemploi de matériaux et de composants du bâtiment représente encore une opportunité sous-exploitée. 

 

Un gaspillage d’autant plus regrettable qu’en Suisse, plus de 17 millions de tonnes de déchets proviennent chaque année de transformations et démolitions du parc immobilier.

 

Economie circulaire

 

Suivant les principes de l’économie circulaire, le réemploi présente l’avantage de trouver un nouvel usage aux éléments de construction. Il diffère en cela du recyclage, qui consiste à détruire un composant pour en valoriser la matière première.

 

Pratiqué pendant des siècles, le réemploi des matériaux a considérablement diminué avec l’avènement de la production industrielle au XIXsiècle, pour quasiment disparaître durant une grande partie du XXe.  Il réapparaît aujourd’hui sur le devant de la scène architecturale au travers de personnalités conscientes que la production des déchets représente une perte économique et écologique.

 

Aujourd’hui, l’élimination des déchets s’avère souvent coûteuse puisqu’il faut les broyer, les brûler ou les enfouir. Le recyclage, quant à lui, peut induire de grosses dépenses énergétiques pour transformer la matière. Le réemploi des matériaux de chantier permet de sortir de ces logiques puisque les déchets sont simplement traités ou préparés en vue d’une réutilisation. La forme d’origine des éléments récupérés est préservée ou adaptée à la nouvelle mise en œuvre.

 

Ainsi, on conserve l’énergie grise qui a été nécessaire à la fabrication, au transport et à la mise en œuvre des éléments de construction. Tout en sauvegardant les matières premières qui les constituent. Une stratégie qui s’avère payante pour l’environnement et le développement durable puisqu’elle permet de lutter  contre la raréfaction des matières premières et le gaspillage énergétique.

 

 

©Filip Dujardin

People's Pavillon à Eindhoven. Les colonnes de 7 mètres de haut sont constituées de pieux de fondation en béton préfabriqué provenant d'un immeuble de bureaux démoli. La façade intérieure provient également d'un immeuble de bureau. Le toit en verre a été emprunté à un fournisseur de serre. Les tuiles imbriquées en couleurs vives sont en PET recyclé. Architecte: Bureau SLA & Overtreders.

 

Siège du Conseil européen à Bruxelles. Un bâtiment bardé de châssis de seconde main en provenance des 27 membres de l'Union. Architecte: Philippe SAMYN and PARTNERS.

 

Crèche Justice à Paris. La façade en chêne massif entièrement a été réalisée à l’aide de portes palières récupérées et transformées. Architecte: BFV Architectes.

 

Upcycle Studios à Copenhague. Les grandes fenêtres entourées de bois ont été récupérées dans de vieux bâtiments qui ont subi une rénovation. Le bois, les sols, façades et autres éléments ont été fabriqués à partir de chutes et surplus provenant de l’entreprise danoise de parquets haut de gamme Dinesen. Les 850 tonnes de béton utilisées sont issues du recyclage du site de construction du métro de Copenhague. Architecte: Lendager Group.

 

Champs d’action en Suisse

 

La stratégie du réemploi a resurgi en Suisse dans les années nonante, mais ce n’est que depuis une dizaine d’années qu’ont commencé à fleurir de nouvelles initiatives. Afin de réduire ce gaspillage, l’Office fédéral de l’environnement a mandaté Salza et Matériuum pour mener une étude sur la réutilisation des éléments de construction. Sortie en 2020 et nommée Construire le réemploi, cette étude procède à une analyse de la situation et définit les champs d’action par lesquels le réemploi devra prendre sa place sur le marché.

 

Afin que le réemploi trouve pleinement sa place d’enjeu majeur du développement durable dans le secteur de la construction, les auteurs ont identifié plusieurs champs d’action tels que l’établissement dune organisation faîtière pour organiser et mettre en réseau le secteur, une meilleure visibilité des projets-phares et l’organisation de concours darchitecture et de design.

 

Afin de mieux faire connaître cette pratique, Salza en collaboration avec Syphon AG, présente en ce moment 75 projets d’architecture, dont plusieurs réalisations primées internationalement. L’exposition intitulée Matière Grise se déroule à Brügg jusqu’au 30 septembre 2021.

 

Plus d’infos sur l’exposition ici

 



Partager cet article