Inspirations

L’abécédaire des cafés romands

09 Avr 2019

Découvrez sous forme d’abécédaire notre selection des bistros et restos un peu partout en Romandie qui nous font envie! 

 

Il n’y a qu’un seul Café Romand, il est à Lausanne, étiqueté « brasserie et pinte depuis 1951 ». Mais depuis la suppression de la clause du besoin*, on assiste à une multiplication des bistros et restos un peu partout. Une aubaine pour les archis et décorateurs d’intérieur, et pour nous.

* Supprimée en 1996, la clause du besoin permettait à l’État de contrôler le nombre de lieux publics pouvant vendre de l’alcool.

 

ABCDEF

 

 

  • Restaurant Alma Genève

    ALMA – Genève

    Dans la rue de la soif genevoise, un ancien garage revisité notamment par l’agence Philippe Cramer Interiors. Métal et béton ciré font un clin d’oeil au passé du lieu, le bleu turquoise et les feuilles d’or offrent un aller direct pour le Pérou. Le genre d’intérieur qui donne l’impression de vivre toute l’année sur une terrasse.

  • Bao Canteen Genève

    BAO CANTEEN – Genève

    De la street food taïwanaise (des baos / mini burgers, des bubble waffles / cornets de gaufre) qui nous plonge dans un décor mi-Wong Kar-wai mi-Darjeeling Limited, avec la reconstitution d’un wagon d’époque, des tables « rose formica » qui font la paire avec des plafonds qui semblent ne jamais vouloir s’éteindre. Du fast-food branché, sucré et qui permet de gentiment régresser. Une réalisation de l’agence Good Morning

  • ©Gabriel Carmona&Le Cinquième Jour

    LE CINQUIÈME JOUR – Genève

    Dans les lieux de l’ancienne Nonna à piadines agencée par Nicolas Perrottet, le chef Walter el Nagar a imaginé un concept éthique et solidaire. Une table d’hôte gastronomique où, ce fameux 5e jour, le repas est offert à des gens qui n’en ont pas les moyens. La déco est archi-cosy avec un bar en demi-lune où les douze convives font face aux cuisiniers sous une ribambelle lumineuse. La grosse claque.

  • ©Daje Genève

    DAJE ! – Genève

    « In Pizza We Crust. » Un slogan peut-il suffire ? Non, mais des pizzouilles baptisées Queen Margherita, Jean Bonne ou Bufla Bill peut-être. Reste que la recette à pâte est archi-bonne, tellement bonne qu’ils en font parfois des tonnes… de pain. Sinon, c’est tout bête, mais la pizza planchette (must du design millenial) fonctionne du tonnerre.

  • ©Photo Astrid Templier

    ELUA – Genève

    Une micro-enseigne de 50 m2 qui propose des poke bowls, salades de poisson frais préparées traditionnellement par des pêcheurs hawaïens. Pour faire comme, l’agence Cent Degrés a posé des écailles, un miroir géant qui renvoie loin à l’horizon et des couleurs océaniques qui font du bien à la tête.

  • Le fix Genève

    LE FIX – Genève

    Plutôt que le Five Guys cher à Barack Obama, on préfère vanter notre coup de coeur pour cette « histoire d’amour entre quelques grains de café et une Vespa ». Le mortel assemblage de caoua et chocolat. On célèbre ici le Café Mobile plutôt que le Bar à Café, trop choupinet quand il devient troquet ; mais les deux proposent d’incroyables moments de réconfort.

GHIJKL

 

 

  • ©Granola

    GRANOLA – Genève

    Certains disent qu’on y sert là les meilleurs déjeuners de la ville. Le granola est évidemment fait maison, au gré des saisons, avec yogourt et fruits rouges, les tartines à l’avocat sont un vrai péché mignon. La déco est signée des incontournables d’Anecdot / Ykra, mélange d’épure scandinave, de fonctionnalisme helvétique et d’un brin de terrazzo trendy.

  • Hôtellerie de châtonneyre

    HÔTELLERIE DE CHÂTONNEYRE – Corseaux

    Sur les hauteurs corsalines de Vevey, l’Hôtellerie de Châtonneyre a bénéficié d’un lifting complet par l’architecte d’intérieur Oliver Kamm. De la terrasse avec vue sur le lac à la salle de conférences « kleinisée », elle offre un restaurant à l’esthétique mi-branchée mi-bourgeoise, où tout détail vient apporter un surplus de préciosité industrieuse.

    Manière de pimenter l’ensemble architectural, chaque table est équipée de l’un des poivriers du designer, champis magiques et uniques.

  • Inda Bar Genève

     INDA-BAR – Genève

    Certains soirs, la rue Blanvalet, c’est un trottoir new-yorkais tellement ça brasse de monde. C’est que les cafés y poussent comme des champignons, en témoigne l’Inda, un resto indien où l’assiette est au moins aussi travaillée que la déco signée Constance Guyot, une designer parisienne qui vient de signer aussi le Kasbar, un petit frère marocain. On aime le jeu des couleurs et des luminaires filaires, la rondeur des dossiers de chaise ; et les tablettes où s’acoquine un petit cheni déco, qui offre une Inde bigarrée, chatoyante, mais aussi bien rangée que les assiettes hyper travaillées du chef Tandorr Kuldeep Rawat.

     

  • ©aDee

     JAVA – Lausanne

    Une institution lausannoise. Pour lui donner un coup de fouet, Emmanuelle Diebold a gardé les master pieces (le comptoir géant, l’escalier vrillé des années 1950 et les carreaux de ciment), mais elle a joué sur des papiers peints hardiment chamarrés, des luminaires en veux-tu en voilà, dont un lustre magistral récupéré de l’ancien Buffet de la gare ; avec du velours, du noir et du doré pour une touche d’élégance théâtrale. Un classique.

  • ©Kizuku Café

     KIZUKU CAFÉ – Vevey

    Une devanture discrète qui est venue compléter l’expérience kizukienne en vieille ville de Vevey. Précurseurs d’un style helvético-scandinave il y a de cela plus de dix ans, Noémie et Jean confirment avoir de la suite dans les idées. Si la carte fait la part belle aux hot-dogs revisités, l’aménagement intérieur s’apparente à une forme de déco appliquée de Kizuku, feu la boutique. Le mobilier est donc soigné ; il peut même être acheté. Dès l’entrée deux fresques sont signées Mathias Forbach et font face au zinc, un salon se niche au fond avec canapé, fauteuils et bureau-bibliothèque pour enfants (Petzi, Bibliothèque verte…). Ambiance cosy, comme à la maison.

  • ©Christophe Voisin

     CAFÉ LOUVE – Lausanne

    Dans une Louve aux tons cuivrés et à l’éclairage tamisé, Julia Christ a entremêlé velours et marqueterie, le zinc a été refait sur mesure. Le carrelage est constitué de micro-mosaïques blanches et noires qui viennent mettre en abyme les tables de bistro et agissent comme les touches d’un accordéon, prémisse des soirées qui s’y déroulent, dans une ambiance feutrée, la fin de journée venue.

MNOPQR

 

 

  • ©Maison Buet

    MAISON BUET – Lausanne

    Une confiserie un rien vieillotte du centre de Lausanne remise au goût du jour par l’Atelier Nova. Les volumes ont été repensés, les espaces mieux distribués et des créatifs locaux (Demian Conrad, Tami Hopf) sollicités. En jouant sur la fève de cacao et l’épi de blé pour la symbolique et les couleurs, Maison Buet s’est offert une virginité et une respectabilité. Un vrai palais à pâtisseries.

  • ©Tabouret bar

    LE NEPTUNE – Genève

    Une locomotive bistronomique qui, à elle seule, fait rayonner la cité calviniste dans le petit milieu du fooding francophone. Dans une ambiance mi-normcore mi-…nimaliste, le chef Nicolas Darnauguilhem offre quelques bouchées de grande envergure gustative. Il a développé un micro-empire sur la rue de la Coulou avec le Tabouret Bar attenant qui, à midi, mute lui-même en sandwicherie à fougasses. Une déco signée Ykra

  • ©Ou bien encore

    OU BIEN ENCORE – Genève

    Rendons à Delphine ce qui appartient à Delphine. Après un « Ou Bien » première version qui avait bien fait jaser dans le landerneau, cet « Encore » marie toujours gastro saine, épicerie bio et galerie inspirée. Un établissement précurseur à Genève, souvent copié, rarement égalé. Et son végéburger reste une référence.

  • ©Philippe Khodara

    LE POINTU – Lausanne

    S’il était new-yorkais, Le Pointu aurait certainement trouvé sa place dans le Flatiron Building, bâtiment phare de la Grosse Pomme. Sur le pignon des rues Neuve et Pré-du-Marché, Le Pointu mixe avec brio l’esprit de la brasserie lausannoise et la déco « happy homemade » de la déco-bloggeuse Sofia Clara. Si la pièce maîtresse en est la poutre lumineuse, le travail sur les lumières, les clayettes ou la vaisselle poussent le concept bien au-delà d’une hipstérisation 2.0. Ouvert par elle-même et cinq alumnis de l’École hôtelière de Lausanne, le lieu propose par ailleurs une carte, si ce n’est pointue, du moins recherchée (Chopoulet, Tomatella, glace à l’eau vaudoise…).

  • © Anderegg-Rinaldi & Architectes associés. Photo : Think UTOPIA

    QAFÉ GUIDOLINE – Genève

    On ne va pas se mentir, des bistros avec un Q, ça court pas les rues. Par chance, ce café qui se veut QG fait drôlement bien le taf’ en mariant petit noir et culture cycliste autour d’un zinc qui rameute loin à la ronde, dans une ambiance mi-berlinoise mi-troquet d’un village de France traversé par un critérium. Indéniablement parfait pour un ravito. (Pour les non-cyclistes, la guidoline, c’est le ruban qui recouvre le cintre d’un vélo.). Une réalisation du bureau d’architecture Anderegg-Rinaldi Architectes et associés.

  • ©Romi

    R.O.M.I / REPUBLIC OF MEDITERRANEAN INGREDIENTS – Berne

    « Volupté, générosité, Méditerranée ! » Sous cette devise pleine de promesses, c’est toute la palette des saveurs ensoleillées (Saint-Tropez, Mykonos, Beyrouth) qui s’affiche dans cette République gastro-gourmande dont l’agence Franz&René a signé la globalité du concept : du logo au packaging des sacs à l’emporter, des faïences azul au simili papier peint logotypé, R.O.M.I. propose une immersion totale façon Grand Bleu graphique. Avec, en bonus, une réjouissante Déclaration universelle des droits de l’ingrédient !

STUVWYXZ

 

 

  • ©Federal Studio, Régis Golay

    CAFÉ SLATKINE – Genève

    Longtemps, l’enseigne Slatkine fut une librairie réputée, doublée d’une maison d’édition au rayonnement certain. Elle est aujourd’hui un mélange habile de café et de librairie qui en fait l’un des salons les plus cosy de la vie genevoise. Dans une ambiance feutrée au possible, les architectes de FdMP ont creusé l’existant pour en révéler d’insoupçonnés trésors, et créé deux bibliothèques en chêne qui se font face et se répondent avec les mêmes proportions mais des éclairages différents. Les livres d’un côté, les élixirs de l’autre. Une ambiance tamisée, cuivrée et qu’on pourrait dater des années 1920 par certaines touches Art déco.

  • ©Tibits

    TIBITS – Lausanne 

    Difficile de passer à côté de l’enseigne végétarienne que la Romandie attendait depuis un paquet de temps. Au final, c’est Lausanne qui défriche le terrain et l’agence Ykra qui se charge d’une rénovation en douceur. Qui a gardé les fresques patrimoniales et les espaces de circulation en favorisant les îlots à contourner, un florilège d’assises multiples, et une installation au-dessus du bar qui pourrait bien devenir aussi célèbre que le fameux guet de la cathédrale.

  • ©Annik Wetter Photographie

    UMAMIDO – Genève

    « Du slow food servi rapidement » dans une déco agencée par l’architecte d’intérieur Juliette Roduit. Si l’on y mange des buns, gyozas et ramens nippons qui font clairement référence à Calvin, l’intérieur est minimaliste et précieux. Noyer américain pour les tables, bois brûlé pour le comptoir, esprit industriel et laitonisé pour la chiquitude.

     

  • ©Le verre à pied

    LE VERRE À PIED – Sion

    Une sorte d’institution – normal pour un canton viticole qui célèbre les vins valaisans d’une quinzaine d’encaveurs. On y trouve à boire (beaucoup) et à manger (un peu), et quelques belles surprises comme des bouteilles de Sans Terre de Nicolas Gaudin et Arnaud.

  • ©White Rabbit

    WHITE RABBIT – Genève

    Un décor chiquissime où les instagrameuses font salon pour profiter du plus beau mur de fleurs de Suisse. Le reste est plus tradi, mais comme le lapin blanc a plus d’un tour dans son sac, il réserve un bon café, du pain made in LBDG (La Boulangerie des Grottes) et des fromages de l’ami Bruand. Une toute bonne adresse quel que soit le creux à combler.

  • ©Antichambre Genève

    X – Genève

    Comme le Facteur X, c’est une enseigne éphémère, secrète ou qui n’existe pas encore. Un resto temporaire, dont l’adresse se refile sous le manteau et ne fonctionne que de manière exceptionnelle. Le POLP par exemple, resto pop-up de Walter el Nagar, qui n’a duré que six mois avec six plats. On pense aussi à Intensus ou Antichambre, nec plus ultra pour lequel il faut s’inscrire et puis attendre.

  • ©Yeast

    YEAST – Genève

    Collé à un Bar du Nord qui possède la plus belle collection de whiskys de l’Ouest de la Suisse, le Yeast a commencé en tant qu’épicerie avec de bons produits du terroir et des quilles nature (150 références). Plutôt que de tout emporter à la maison, on peut désormais passer à table dans le bar à vins attenant, bistro esthéticonomique où l’on mange gourmand et où l’on peut tomber en pâmoison devant une assiette de sardines José Peña. La levure a bien pris.

  • ©Osteria Zaza

    OSTERIA ZAZA

    Chez Zaza, tout est fait à l’italienne, une forme de DOP (Dénomination d’origine protégée) locale et labellisée qui vient encanailler un quartier un rien embourgeoisé. Les pizzas, la charcuterie – une tuerie – , la grappa de la nonna, tout fait plaisir autour d’un bar et d’une déco qui nous renvoient à l’époque pré-Borsalino et où le Spritz fait pschitt dans des verres à whisky. Il y a plein de pizzerias à Genève, mais une seule Osteria !



TAGS :
Partager cet article