Maison Pratique

Investir dans du chauffage solaire

08 Août 2017

Envie d’investir dans des capteurs solaires thermiques? La marche à suivre pour faire les bons choix.

Investir dans des capteurs solaires thermiques, c’est faire un premier pas vers un environnement durable. Contrairement aux panneaux photovoltaïques, ces capteurs ne produisent pas de l’électricité mais de la chaleur. Il s’agit de boîtes vitrées qui renferment un corps métallique à revêtement noir dont la particularité est d’absorber le rayonnement solaire et de le transformer en chaleur. Or, si l’efficacité de ces capteurs n’est plus à prouver, leur achat mérite réflexion car ils s’avèrent plus ou moins rentables selon les situations. Avant de se lancer dans un projet de production d’énergie solaire thermique, mieux vaut suivre les sept étapes que nous vous conseillons.

 

 

  • Maison du constructeur Baufritz pour six personnes avec panneaux solaires thermiques et photovoltaïques

    Première étape pour installer des panneaux: évaluer sa situation familiale personnelle. Pour vérifier si l’énergie solaire thermique constitue une solution rationnelle, la première question à se poser est combien sommes-nous ? Pour moins de deux personnes, il n’est pas rentable d’utiliser des capteurs uniquement pour l’eau sanitaire. Il faut opter pour une installation solaire qui alimentera également des radiateurs et/ou un plancher chauffant.

  • installation Weishaupt

    Deuxième étape: évaluer sa consommation. La question ne se pose pas si vous envisagez d’utiliser des panneaux solaires uniquement pour l’eau chaude de la cuisine et de la salle de bains. Cependant, il est préférable de regarder votre consommation avant d’acheter un système de chauffage solaire destiné à l’air ambiant de votre maison. En effet si vous consommez trop, mieux vaut commencer par faire des travaux d’isolation. On considère en général qu’une famille de quatre personnes qui consommerait plus de 2500 litres de mazout consomme trop. Pour convertir votre mode de chauffage en équivalent mazout, il faut savoir que: 1l de mazout = 1m3 de gaz = 10 kWh d’électricité. 1 stère de bois = 200 litres de mazout.

  • Extrait du document Le soleil et le bois d’Energie bois suisse et Swissolar

    Troisième étape : vérifier l’adaptation du bâtiment. L’efficacité des capteurs dépend de la position du toit comme l’illustre ce schéma représentant le rendement solaire en pourcent en fonction de l’orientation des capteurs. Les meilleures orientations pour des capteurs solaires sont Sud, Sud-Est et Sud-Ouest. D’autres orientations sont possibles, mais sachez que les capteurs solaires ne sont intéressants pour le chauffage d’ambiance que si le toit n’est pas totalement orienté à l’Est ou à l’Ouest.

  • © Swissolar

    Quatrième étape: demander des devis. Le site Swissolar référence les installateurs certifiés (voir la rubrique Les Pros du solaire). Il est de toute façon nécessaire de demander plusieurs devis et surtout plusieurs devis précis incluant tous les postes nécessaires à l’installation (trous dans le mur, ferblanterie…)

  • © Sebasol

    Cinquième étape: envisager l’auto-construction. Construire soi-même une installation solaire diminue de 50 à 75 % son prix par rapport au prix du marché. C’est aussi une expérience de vie qui permet d’acquérir des compétences. En suisse romande, l’association Sebasol propose des cours ouverts à tous.

  • ©billets suisses

    Sixième étape: obtenir des subventions. L’énergie solaire thermique est aujourd’hui subventionnée. Le particulier peut aussi compter sur des déductions fiscales, des aides aux investissements ou encore des programmes d’encouragement à la rénovation. C’est l’installateur ou l’association Sebasol (si on est en auto-construction) qui se charge de faire toutes les démarches nécessaires pour obtenir les subventions. Attention cependant à ne pas commencer les travaux avant l’obtention des aides des offices cantonaux de l’énergie car celles-là pourraient alors être refusées.

  • architecture Didier Jordan, © Corinne Cuendet

    Septième étape: calculer le rendement d’investissement. Le coût net d’une installation solaire (l’investissement) correspond à son prix de vente moins les subventions directes et les remises d’impôts. Elle permet de faire des économies en francs sur l’utilisation d’autres modes de chauffage (mazout, gaz, électricité…). Pour savoir combien d’années il faut pour que ces économies remboursent l’investissement, on divise le coût net de l’installation par les sommes économisées à l’année (amortissement). Pour savoir quel est le pourcentage du coût de l’installation solaire que cette technologie rembourse par an, on divise les sommes économisées par l’investissement (rendement d’investissement).



Partager cet article