Actus

Flâneries artistiques au musée de l’Élysée

15 Fév 2018

Le musée de l’Élysée de Lausanne nous invite à une pérégrination spatio-temporelle à travers l’exposition « Conquistador » qui se déroule en parallèle de « La beauté des lignes ». Un vrai coup de cœur.

 

Nicolas Savary, Raptor, Musée des sciences naturelles, La Plata, 2014

 

Si l’exposition phare de l’institution lausannoise est un éblouissement pour la vue, le vrai coup de coeur de la nouvelle programmation de l’Élysée se trouve au soussol. Avant de revenir sur le travail de Nicolas Savary parti sur les traces de l’explorateur fribourgeois Louis de Boccard, remontons à la surface.

 

L’exposition principale « La beauté des lignes » rassemble 160 tirages extraits de l’une des plus grandes collections privées mondiales d’oeuvres photographiques. Elle montre les incontournables, de Henri Cartier-Bresson à Robert Mapplethorpe et Hiroshi Sugimoto, mais dévoile aussi des photographes peu connus comme l’Italien Augusto Cantamessa.

 

Plus romanesque, l’exposition « Conquistador » met en scène l’aristocrate Louis de Boccard exilé en Argentine à la fin du XIXe siècle. Son long exil est documenté par des archives très riches, photographies, lettres, journaux de bord… Récemment acquises par le Musée gruérien de Bulle, elles sont actuellement en phase de restauration. Après avoir consultéces archives, le photographe lausannois Nicolas Savary a suivi pendant six mois le parcours de l’explorateur à l’occasion d’une résidence artistique en Amérique du Sud. Il s’est véritablement emparé du personnage et a échafaudé un projet original à la frontière entre la documentation et la fiction. Un collage narratif, entre passé et présent, une sorte de dialogue entre l’aventurier défunt et l’artiste
vivant qui mélange des documents originaux de Louis de Boccard, des fac-similés avec des photographies contemporaines de Savary.

 

Le travail photographique de Savary se détache progressivement de son personnage de base, tout en gardant le lien avec son histoire. On peut ainsi découvrir la très belle série d’images de l’ancienne colonie suisse de Bragado où vécut l’aventurier. Située à 200 km de Buenos Aires, c’est aujourd’hui une ruine abandonnée et envahie par la nature.

 

Les oeuvres de Nicolas Savary dégagent une sorte de torpeur nonchalante teintée de mélancolie, une ambiance qui emmène le
visiteur dans un voyage du souvenir, tout en le projetant dans le présent. L’exposition « Conquistador » se regarde comme un film ou se lit comme un récit passionnant.

 

A voir jusqu’au 6 mai.

 

 



Partager cet article