Nos événements

L’expo Flair de 2018

26 Fév 2018

Flair, une exposition qui décrypte l’air du temps réalisée par Espaces contemporains et l’agence My Playground et présentée aux Design Days 2018.  

Nouveaux modes de vie, tendances socioculturelles, objets, matières et lieux inspirants – My Playground X Espaces Contemporains ont entrepris une démarche intuitive en sélectionnant 10 sources d’inspiration, développant ainsi une réflexion sur les courants majeurs qui laisseront leur empreinte en 2018/2019. Un décryptage de l’air du temps qui a pour objectif d’inspirer chaque visiteur et l’inviter à faire appel à son flair pour pressentir les tendances de demain.  

 

©Elise Heuberger

 

APERÇU DE QUELQUES TENDANCES TRAITÉES:    

Millennial Pink.

Difficilement définissable, ce rose neutre et chaud qui intègre des tons de gris, c’est le Millennial Pink, une couleur qui incarne l’esprit de la génération née entre 1981 et 2001 qu’on appelle les « Millennials ». Un anti-rose Barbie qui se mélange à des tons flashy, à des jaunes néons (« Gen Z yellow », une couleur liée à la génération Z), à du doré, à des bleus électriques et à des rouges vifs, dans un délire d’associations chromatiques improbables. Millennial Pink ouvre sa zone d’influence dans la décoration d’intérieur, le design, le packaging, le graphisme et la mode.      

 

Moodboard Millennial Pink

 

Les masques.

« Tout esprit profond a besoin d’un masque » disait le grand philosophe Friedrich Nietzsche. Se cacher pour mieux se montrer. Depuis toujours, les masques font partie des traditions culturelles, des rituels religieux et païens.  Représentant des animaux ou des visages, on couvre sa propre figure pour se transformer en quelque chose d’autre. De Bertjan Pot à Elena Salmistraro, en passant par le suisse Adrien Rovero, nombre de jeunes designers ont intégré l’esthétique du masque dans leur travail et mènent une véritable recherche sur la signification de cet objet paradoxal : on se cache mais au même temps on veut se différencier, attirer l’attention.  

 

©Bosa

Primates Mask de Elena Salmistraro pour BOSA

 

Rapid Liquid Printing.

Après l’impression 3D, une nouvelle méthode de production fait son apparition : le Rapid Liquid Printing (impression liquide rapide). Cette technologie brise les trois contraintes de l’impression 3D traditionnelle en utilisant une technique qui améliore la vitesse, l’échelle et la qualité. Le processus, en phase d’expérimentation, consiste à solidifier localement un gel à l’aide d’une sorte de seringue qui monte et descend. Étant donné qu’il n’y a pas de support, de structure ou de stratification, le processus d’impression est beaucoup plus rapide et peut être aussi large que le contenant dans lequel l’impression s’effectue.  

 

©Christophe Guberan + MIT

Liquid Printed Bag de Christophe Guberan + MIT

 

Retour au papier.

A l’heure du tout numérique, le papier a plus que jamais la cote. Matériau vivant et naturel, il inspire artistes et designers qui le détournent, le travaillent manuellement ou par le biais de machines et d’outils technologiques. De la découpe au gaufrage, du pliage au froissage, le papier témoigne d’un retour à la manualité,  à l’authenticité. Sous son apparente légèreté, le papier peut se révéler coupant comme une lame ou solide comme un roc.

 

©Atelier Oï

Scénographie «Honminoshi Garden» d'atelier Oï

 

POUR RECEVOIR PLUS D’ INFORMATIONS SUR CET ÉVÉNEMENT,

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

DANS LA FENÊTRE CI-DESSOUS: 

 



Partager cet article