Design

Les espAces du design 2016

08 Août 2017

Le millésime 2016 des espAces du design fait la lumière sur huit projets suisses à forte valeur ajoutée rationnelle et émotionnelle.

L’année dernière a été marquante pour notre sélection des « espAces du design » (organisée par notre magazine) qui faisait pour la première fois une escale au Centre culturel suisse de Milan à l’occasion de l’Expo universelle.
Si cette édition 2015 avait été spécialement ciblée autour du design alimentaire, nous revenons aujourd’hui à nos fondamentaux avec une sélection des produits qui nous ont le plus séduits durant l’année écoulée. Cette sélection sera exposée du 29 septembre au 2 octobre 2016, aux Design Days aux ateliers Mayer & Soutter à Renens.  Il y figure de plus en plus d’objets concernés par ce qu’on appelle communément le slow design, une approche qui se préoccupe prioritairement de la nature et de ses ressources et de tout ce qui touche à l’être humain. Et on constate que, de la Suisse au Japon, le design s’apparente à un pont reliant des territoires aux similitudes plus importantes que ce que l’on pourrait imaginer de prime abord. Si tous ces objets – encore à l’état de prototypes ou déjà produits en série – frappent d’abord par leur pragmatisme, il est évident que ces exigences de fonctionnalité ne cèdent en rien au besoin de proposer des pièces d’une beauté plus émotionnelle que purement rationnelle. Le design a encore de beaux jours devant lui.

 

  • Niko, Franziska Marxer et Fabio Rutishauser

    Meilleures boîtes à papier recyclables. Un magazine qui traîne au pied d’un canapé, des feuilles chiffonnées qui s’amoncellent sur un bureau de travail. Du désordre, une réalité. Pour résoudre cette équation, Franziska Marxer et Fabio Rutishauser ont imaginé Niko, une poubelle à papier en métal coloré qu’on utilise selon ses besoins. Composé de deux bacs qui s’emboîtent, les volumes se séparent facilement pour une tournée de ramassage imprévue. On sépare ainsi le bon grain de l’ivraie, le papier à ranger du papier à recycler. Sélectionné dans le cadre du Lista Office Design Award 2012, Niko est désormais disponible directement auprès de ses designers. www.franziskamarxer.com et www.fabiorutishauser.ch

  • Brouette, Laure Gremion

    Meilleur outil de mobilité durable. Ici, on triche un peu, car la brouette imaginée par l’ex-ecalienne Laure Gremion date d’il y a déjà quelques années. Toujours en attente d’une édition que ce produit mériterait cent fois en raison de son intelligence et de sa facilité d’usage (il a notamment été récompensé d’un James Dyson Award), on se permet de le ressortir de nos archives en raison du projet Chämpi d’Alexandre Vernet. Car si le panier de ce dernier est pensé au départ pour la cueillette des champignons, voilà un objet qui pourrait compléter à merveille le trolley à roulettes susmentionné. www.lauregremion.ch

  • Glaslabor, Rahel Koller

    Meilleure carafe à vocation scientifique. Rahel Koller a suivi une formation de verrier. Inspirée par la fonctionnalité radicale de la verrerie de laboratoire, elle imagine ainsi des objets d’étude. Le vase Glaslabor a comme première option de servir de réceptacle à fleurs, qu’elles soient à l’unité ou en bouquet. Mais ce qui intéresse Rahel Koller au plus haut point, c’est ce qui ne se voit pas : comment la fleur vit, comment elle se développe. La floraison n’étant que la pointe de cet iceberg flottant dont la beauté se trouve tout autant sous la surface, où le système de racines agit tel un miroir inversé.

  • Pivot, Moritz Schmid, Glaströsch

    Meilleure table de bon goût. Est-ce qu’on vous a déjà dit que Moritz Schmid est le petit prince du design suisse? Celui dont chaque projet est une petite merveille de réflexion chargée autant d’émotion que du souci de sa fonction? Signée Schmid, Pivot est une table d’appoint, le genre de table basse qu’on pourrait retrouver dans tout intérieur suisse qui se respecte. Mariage de verre flotté pour son plateau et les structures porteuses et de bois pour ses pieds, elle est un gage assuré de bon goût. En combinant les deux modèles de hauteur différente, on obtient un système de table gigogne qui brille par ses jeux de transparence. www.glastroesch.ch

  • Tabouret Vogt, Klaus Vogt, Embru

    Meilleure réédition d’un tabouret méconnu. La chaise-longue de Marcel Breuer, la « chaise spaghetti » d’Altorfer, le fauteuil de Max Moser… Depuis 1904, la marque Embru a durablement marqué les intérieurs et extérieurs helvètes avec des produits hautement identifiables, plus souvent l’œuvre d’architectes que de designers soit dit en passant. Le tabouret Vogt, dessiné en 1963 par l’architecte Klaus Vogt, ne déroge pas à la règle. Produit en série pour la première fois par la marque zurichoise en 2015, il associe une assise en bois à un piètement à trois pieds en métal qui lui confère encore aujourd’hui cette aura de produit né à l’époque d’une ère industrielle en pleine effervescence. www.embru.ch

  • Safari, Valérie Notter de Rabanal et Simon Heh

    Meilleur dressing rien qu’à soi. Elle est designer, il est ingénieur spécialisé dans le bois. Ensemble, Valérie Notter de Rabanal et Simon Hehl ont imaginé Safari, une armoire nomade, modulable et à construire soi-même. Au premier coup d’œil, c’est un étrange mélange entre l’armoire suédoise et la malle Vuitton. Entre la volonté de proposer un objet qui soit pratique et celle de le vouloir aussi esthétique. Légère, l’armoire se porte à dos d’homme. Modulable, elle peut multiplier ses rayonnages ou se transformer en bibliothèque. Démontable, elle est livrée à plat, en un kit à monter soi-même. Le bois constitue sa structure, le papier fait office de cloison sur chacun des côtés, et le tout est garanti sans clous, vis ou colle. Produite localement et intelligemment. www.safari.furniture

  • Kotkin et Weisz, Freitag

    Meilleurs sacs en tissu compostable. L’entreprise des frères Freitag ne semble avoir aucune limite dans sa recherche de produits intelligents, élégants et gérés durablement. Avec les sacs Kotkin et Weisz, ils font d’une pierre deux coups. D’abord en proposant des sacs en tissu F-ABRIC, un textile développé en interne à partir de fibres végétales européennes et compostables à 100%. Ensuite, en continuant à offrir des pièces uniques. Le sac usé, il suffit d’enlever le F-bouton d’origine et la sangle susmentionnée pour mettre le sac au compost. Un véritable tour de passe-passe à l’image des noms desdits sacs, qui sont en l’occurrence les vrais patronymes d’Harry Houdini (né Erich Weisz) et David Copperfield (né David Kotkin). www.freitag.ch

  • Andreas Bechtiger, Home3

    Meilleur élément de la famille des anatidés. Regardez-la depuis l’arrière et vous n’apercevrez qu’une ligne gracieuse, effilée, à peine surlignée d’un fil d’alimentation couleur noire. Observez-la de profil et voilà qu’elle apparaît dans toute sa splendeur, épousant le cou d’un cygne dont le bec serait rétro-éclairé par des leds. Réalisée en frêne par Andreas Bechtiger pour le label zurichois Home3, cette lampe de bureau n’existe qu’en 50 exemplaires. Après le cygne blanc et son alter ego noir de l’opéra de Tchaïkovski, voici donc le cygne de bois, béquille « pinocchiéenne » destinée à la lecture de proximité. www.home3.ch



Partager cet article