Actus

Entre le vivant et l’artificiel

21 Mai 2019

La galerie Gowen à Genève présente les travaux récents de l’artiste romand Sébastien Mettraux.

 

On se souvient de son incroyable exposition dans la gare de Vallorbe en 2017 avec ses grands formats représentant de sculpturales machines industrielles. Réalisée grâce à la Bourse Leenaards en 2015, cette série intitulée « Ex Machina » fut un coup de poing. Elle rassemble une série de peintures illustrant des machines figées aux formes dépourvues de fonction, des objets hybrides qui incarnent la force de l’innovation et du progrès. Sébastien Mettraux les met en scène, les sublime d’une esthétique glaçante et puissanteaux couleurs vives.

Dépourvus de présence humaine, isolés, les sujets sont peints hors de leur contexte, comme des “natures mortes”, totems de l’impermanence de toute chose. Le travail de l’artiste romand formé à l’Ecal et à la Head questionne notre relation à la vie, à la mort et au temps qui passe, notamment dans sa dernière série « Vanités » illustrant des “memento mori” modernes.

Imprégnée de culture du numérique unie à un langage visuel fort,  l’iconographie et le vocabulaire de l’artiste fascinent. Les séries « Ex Machina » et  « Vanités » sont exposées à la galerie Gowen Contemporary de Genève.

 

Sébastien Mettraux
Gowen Contemporary
Genève
Jusqu’au 29 juin

 

 

  • ©Julien Gremaud

    Vue de l’exposition de Sébastien Mettraux à la galerie Gowen.

  • ©Julien Gremaud

    Vue de l’exposition de Sébastien Mettraux à la galerie Gowen.

  • ©Julien Gremaud

    Vue de l’exposition de Sébastien Mettraux à la galerie Gowen.



TAGS :
Partager cet article