Design

Éliminer le plastique de la terre

14 Juil 2022

Pour son travail de diplôme en Design industriel à l’ECAL, Anaïs Lehmann a exploré un domaine guère exploité par les designers, car peu glamour mais aux applications extrêmement utiles. En lien avec l’agriculture, le projet Line a été primé par la Swiss Design Association.

 

Le projet Line de la designeuse Anaïs Lehmann a été conçu pour réduire la pollution des sols lors de la production maraîchère.

 

Nous connaissons tous le fléau des déchets plastiques dans nos océans, mais saviez-vous qu’il y en a encore plus dans nos sols ? C’est ce que révèle le dernier rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). En effet, le plastique est partout dans le secteur agroalimentaire et nos terres agricoles sont polluées par des microparticules.

 

Le projet Line est une alternative réutilisable et 100% naturelle aux films plastiques de paillage utilisés par les agriculteurs pour éviter le désherbage de leurs cultures.

 

Fabriqué à partir de lin enduit à l’huile de lin, ce matériau est extrêmement résistant et ne libère aucune particule chimique dans le sol. Pensé pour les petites fermes, ses bandes tissées ou pliantes offrent une grande souplesse d’utilisation pour différents types de plantation à espacement variable.

 

Le projet Line de la designer Anaïs Lehmann.

 

En juin dernier, un jury convoqué par la Swiss Design Association (SDA) a sélectionné le projet d’Anaïs Lehmann parmi six autres travaux de diplômes en Design industriel de l’ECAL.

 

Chaque année, la SDA décerne des prix aux meilleurs projets de diplôme Bachelor des hautes écoles suisses de design. En tant qu’association professionnelle, elle s’engage depuis plus de cinquante ans pour une formation de qualité en design.

 

Le jury a considéré que le projet Line répond de manière innovante à un enjeu environnemental important. La question traitée, bien que complexe, trouve dans cette solution une réponse efficace et réaliste.

 

En effet, Line présente toutes les qualités pour devenir un produit viable pour l’industrie visée pour autant que la designer finalise ses recherches et élargisse son horizon de tests. Après la phase d’essai actuellement en cours, il serait intéressant d’étudier la possibilité de breveter l’idée, si celle-ci répond aux attentes.

 

Grâce à cette récompense, la lauréate décroche des cours de coaching de la SDA et plusieurs autres prestations qui l’aideront à développer et mettre son produit sur le marché.

 

 

Plus d’infos sur la Swiss Design Association ici.

 



Partager cet article