Actus

Designers’ Saturday: les ambitions pour 2018

18 Sep 2018

En novembre, Espaces contemporains organise un voyage au Designer’s Saturday à Langenthal. Pour avoir un avant-goût  de la biennale, rencontre avec Jan Geipel, le nouveau commissaire qui prend les rênes de l’événement.

 

 

Cette 17e édition du Designer’s Saturday voit l’arrivée d’un nouveau commissaire, Jan Geipel. L’architecte, designer et critique d’envergure internationale donne de nouvelles impulsions et apporte une bonne dose de dynamisme. La formule de la manifestation, avec ses expositions au coeur même des usines en activité reste la même, mais laisse la place à quelques changements. Échange avec l’intéressé qui ambitionne, en outre, une édition plus internationale.

 

Jan Geipel, quels sont vos défis pour le futur du Designers’ Saturday ?

J’aimerais que les architectes comprennent mieux le monde du design et qu’il y ait plus de dialogue entre ces deux disciplines. C’est un objectif sur le long terme qui ne se concrétisera pas tout de suite. On commence cette année avec les designers de Inch Furniture qui présentent des maquettes d’architecture. Je veux aussi attirer de nouvelles entreprises étrangères, pour cela il faut commencer par créer la confiance et développer cela sur le long terme.

 

Avez-vous le sentiment que vous serez suivi dans cette démarche ?

J’ai appelé personnellement les entreprises et les exposants pour savoir ce qu’ils veulent et ce dont ils ont besoin. Tous se demandent comment se développer sur le long terme et comment communiquer leurs valeurs et qualités dans le contexte d’un monde en pleine mutation. Les entreprises considèrent le Designers’ Saturday comme un « testing ground », un terrain de jeu important qui leur permet d’expérimenter librement de nouvelles choses alors que d’autres foires exigent une présence commerciale. Cela me réjouit car c’est exactement ce que je recherche pour le Designers’ Saturday. Aujourd’hui il faut essayer d’autres voies, même si toutes n’aboutiront pas. Plusieurs entreprises l’ont compris, notamment Eternit et USM. C’est le marché qui exige de se renouveler, car nous vivons une période charnière et il faut savoir évoluer et être innovant pour prendre ses distances par rapport à la concurrence. Si on attend de voir ce que font les autres en restant passif, c’est la fin.

 

© Thut Design

Installation de Thut Design dans l’usine de Création Baumann

 

Quelles sont les actualités de cette édition ?

Nous avons réuni en un même lieu des écoles de design des trois régions linguistiques suisses pour montrer leur diversité et leur potentiel créatif, ainsi que trois autres écoles exceptionnelles de l’étranger afin de promouvoir les échanges entre les institutions et les étudiants. La grande nouveauté de cette année est que pour la première fois un pays est invité, car je souhaitais donner au Designers’ Saturday une ouverture internationale. La Suisse est petite et c’est important selon moi de se confronter à un autre pays qui a des défis similaires. Ayant vécu au Japon et connaissant la sensibilité de ce pays pour le design, je l’ai choisi comme hôte de cette édition. C’est un pays avec peu de matières premières et ces dernières sont traitées avec beaucoup de respect ; pour cette raison le Japon a développé un artisanat incroyable. Le visiteur pourra découvrir des installations et des projets de designers, architectes et artisans de grand talent. L’objectif est de favoriser les échanges entre la Suisse et le Japon avec des perspectives inspirantes pour les deux nations.

 

Pouvez-vous nous livrer quelques détails ?

Parmi les invités, le plus célèbre sera Koichi Suzuno du bureau Torafu Architects, connu pour ses créations aériennes et poétiques. À Langenthal, il construira une installation in situ avec le projet Air Vases, des disques de papier qui se transforment en objets tridimensionnels. Son installation fera écho aux projets de Ishinomaki Laboratory qui a relancé l’économie du bois après un grand tremblement de terre. Ces différents projets vont dialoguer avec une installation de l’architecte Naoki Tarada qui crée des mondes miniaturisés sous forme de maquettes en papier découpé. Un autre point fort de la présence du Japon à Langenthal sera la réalisation d’un pavillon du thé conçu par le bureau de l’architecte Uchida. Il donnera lieu à des rituels de la cérémonie du thé et à une intervention d’Atelier Oï autour du pavillon.

 

 

© Naoki Terada © Torafu Architects

Teradamokei by Naoki Terade, Airvase by Koichi Suzuno Torafu Architects

 

 

Venez visiter Designers’ Saturday avec Espaces contemporains !

 



Partager cet article