Architecture

Des chalets tout en lumière

14 Jan 2019

Fenêtres cachées, bardages à claire-voie, coursives astucieuses… quand les chalets et les constructions en bois rivalisent d’ingéniosité pour faire entrer la lumière.

 

Si chaleureux l’hiver venu, les chalets traditionnels offrent la promesse d’une ambiance conviviale. Leurs petites fenêtres en bois qui s’ouvrent sur les Alpes confèrent intimité, sentiment de protection et sont les signes manifestes d’une architecture vernaculaire authentique. Mais elles ne suffisent souvent pas à faire entrer la lumière jusqu’au cœur de l‘habitation.

 

L’ajout de grandes baies vitrées dans un chalet traditionnel permet de faire entrer un bout de l’espace extérieur à l’intérieur par le truchement de la lumière et de la transparence. Il favorise la connexion de l’habitat avec la nature et le paysage montagnard.  Mais les ouvertures vitrées ne sont pas toujours aisées à mettre en œuvre et soulèvent bien des questions.  

 

Lors d’une rénovation, comment ajouter de grandes baies vitrées tout en préservant scrupuleusement les aspects et les éléments d’origine d’une façade? Comment percer l’ancien bâtiment tout en gardant la lecture de l’original ? Comment opérer une fusion entre tradition et modernité ?

 

Même la construction d’un chalet neuf exige de s’interroger sur la manière de concilier grandes baies vitrées et besoin de se protéger des regards et des rayons les plus forts du soleil.

 

Des nombreux dispositifs sont aujourd’hui mis en œuvre pour faire entrer plus de clarté dans l’architecture de montagne. Les claires-voies des anciens greniers à foin inspirent des bardages qui laissent passer la lumière tout en filtrant joliment les rayons du soleil. Les coursives extérieures donnent lieu à des solutions techniques astucieuses… Voici quelques exemples.

 

  • ©Catherine Gailloud/My Day With. Parution EC1/2016.

    A Zermatt, un ancien mazot du 15e siècle entièrement rénové et connecté à un bâtiment neuf par un couloir souterrain. Architecte Heinz Julen

     

  • @Catherine Gailloud/My Day With. Parution EC1/2016.

    A l’intérieur du mazot, la très confortable chambre à coucher. Des murs de verre se cachent derrière la structure extérieure rustique. La partie inférieure des murs est entièrement transparente. 

  • © Gaelle Le Boulicaut. parue dans EC1. 2014.

    Une ferme traditionnelle avec toit en bâtière à pan cassé à Morzine transformée par l’architecte Jérémie Koempgen. Vue de l’extérieur, la nouvelle façade paraît très fermée mais c’est une illusion.  S’inspirant des claires-voies des greniers à foin de la région, l’architecte a en effet conçu un bardage ajouré dont le dessin répond à la course du soleil et au parcours des ombres projetées au fil du jour par les bâtiments environnants. 

     

     

  • ©Gaelle Le Boulicaut. parue dans EC1. 2014.

    Quoique créée en excavant la cave, la piscine de ce chalet de Morzine est inondée de soleil grâce aux claires-voies.

  • ©Lorenz Pobitzer

    Dans ce chalet de la province de Bolzano, une paroi ajourée (claire-voie) protège la coursive qui court tout le long de la façade.  Architecte Lorenz Pobitzer. . 

  • ©Mads Morgensen. Parue dans EC1/2010

    Vue sur la coursive depuis l’intérieur. La baie vitrée ne modifie en rien l’aspect extérieur de la bâtisse grâce à la claire-voie.  

  • ©Sabrina Scheja  parue dans C&R 2016.

    Sur les contreforts du Jura, le bureau d’architecte L3P a  transformé une maison traditionnelle à colombages en une sculpturale construction. Les façades s’habillent d’un parement composé de lames d’épicéa brutes de sciage de 2 cm d’épaisseur et de largeurs variées dont l’aspect a été inspiré des façades traditionnelles des granges locales. Ces lames non jointives ont été disposées à claire-voie et ornées de jours décoratifs. 

  • ©Sabrina Scheja  parue dans C&R 2016.

    A l’intérieur, le parement de façade ajouré projette dans toute la pièce des motifs lumineux qui voltigent comme des étoiles filantes. Ce parement sert en outre à protéger des rayons du soleil ou des regards indiscrets.

  • ©Joël Tettamanti. Parue dans d'EC1/2013

    Une luxueuse résidence de vacances réalisée par Patrick Devanthéry. Les baies vitrées du sol au plafond traversent les deux niveaux. Au deuxième niveau niveau, la mezzanine peut se cloisonner ou s’ouvrir à l’aide de panneaux motorisés afin de protéger de la lumière ou des regards. 

  • ©Joël Tettamanti. Parue dans EC1/2013

    Vue de l’intérieur sur la mezzanine qui peut se cloisonner ou s’ouvrir à l’aide de panneaux motorisés comme on le voit sur le haut de la phoo.

  • ©Lionel Henriod/ parue dans EC6/2011

    Cet ancien bâtiment de l’armée suisse a été rénové par Ralph Germann qui a  choisi de le préserver jusque sur sa face intérieure. La première peau du bâtiment, qui a été conservée, est également en bois. A l’intérieur, la deuxième peau est un cube de verre. Une coursive les sépare et permet de gérer l’aération.

     

  • ©Lionel Henriod/ parue dans EC6/2011

    De l’intérieur du cube de verre, on voit la coursive, maintenue en l’état

  • ©Lionel Henriod/ parue dans EC6/2011

    La coursive est éclairée de tubes fluorescents habillés de caches en MDF noir.



TAGS :
Partager cet article