Advertisement

Advertisement

Design

Coworking, le travail en (r)évolution

09 Jan 2018

Qui dit nouvelle manière de travailler dit aussi nouveaux bureaux. Avec plus de 10 000 espaces recensés dans le monde, le phénomène du coworking invite les architectes à repenser l’aménagement des lieux de travail.

 

Pour commencer, quelques chiffres : 25% des travailleurs suisses ont une activité de freelancer. Et un tiers des 75% restants aimerait faire de même au cours des douze prochains mois (voir l’étude de Deloitte).

 

Autant dire qu’une bonne partie de la population active n’est pas rattachée à un espace de travail particulier en entreprise. D’autant que s’ajoutent à ces indépendants mobiles des salariés eux aussi flexibles du point de vue de leur lieu de d’activité. Ainsi, 28% des Suisses travaillent aujourd’hui au moins une demi-journée par semaine depuis leur domicile.

 

Un chiffre qui promet de croître. D’une part parce qu’on estime que la moitié des employés suisses pourraient exercer leurs fonctions de manière mobile grâce aux outils de communication numériques. D’autre part parce que les entreprises ont souvent fort à y gagner car le home office permet de réaliser des économies d’espace et d’argent.

 

Travailler en freelance, mais où ?

 

A Rotterdam, bureaux de l'entreprise Spaces spécialisée dans l'aménagement de bureaux de coworking

 

Pour les freelancers ou salariés qui ne souhaitent pas travailler seuls chez eux, il existe une alternative qui prend son essor depuis un peu plus d’une dizaine d’années : le coworking. Le coworking consiste à louer une place de travail dans un local professionnel, où les individus n’exercent pas le même métier et/ou ne font partie de la même entreprise. Ceci avec l’idée sous-jacente que les utilisateurs peuvent discuter dans un coin réservé à la détente ou échanger des connaissances. Car c’est bien là ce qui fait la spécificité des espaces de coworking par rapport aux bureaux traditionnels : ils sont conçus comme des lieux de sociabilité informelle, de collaboration, chaque local ayant vocation à créer une petite communauté.

 

Du reste, ce sentiment d’appartenance à un groupe s’étend souvent au-delà du bâtiment car il existe aujourd’hui des associations de coworkers (comme l’Association suisse de coworking) et des réseaux internationaux de personnes travaillant dans les locaux d’une même chaîne. En effet des entreprises comme WeWork ou Spaces ont ouvert des espaces de coworking partout à travers le monde, un peu comme Starbucks a monté des cafés. Ces sociétés offrent à leurs locataires l’accès à un réseau professionnel spécifique.

 

Une question d’agencement

 

Tribes est une société qui conçoit des aménagements de bureaux avec des couleurs, du mobilier et des textures d'inspiration ethnique

 

Pour créer des conditions qui engendrent la collaboration plutôt que la compétition, les espaces de coworking sont pratiquement toujours structurés de la même façon.

 

Outre des postes de travail individuels ouverts, des cellules fermées réservées et des salles de réunion, on y trouve toujours un espace de rencontre et de vie central ; il peut prendre la forme d’une cuisine, d’un café et/ou d’un salon. Certains locaux comprennent aussi des « benchs » pour les locataires qui payent à la journée et n’ont pas de place réservée.

 

Les espaces de travail collaboratifs ne sont pas seulement les meilleurs endroits pour travailler, « réseauter », échanger des connaissances, se concentrer. Ce sont aussi des lieux féconds en termes d’idées inventives. Parmi les nombreux facteurs qui en font des leviers de créativité se trouve l’originalité de décor. L’entreprise WeWork témoigne :

” Nos bâtiments sont propices à la création. Nos peintures murales personnalisables illustrent l’âme et l’ambiance de nos espaces”.

Aller au travail comme on rend visite à des amis, avec son chien et ses enfants ( oui certains lieux l’autorisent ! ), voilà ce à quoi aspirent une partie des actifs qui utilisent les espaces de travail collaboratifs. Les locaux professionnels se doivent ainsi d’avoir une ambiance accueillante, chaleureuse, qui va même parfois jusqu’à s’inspirer du confort de la maison. La société Spaces” commente ainsi:

« Nous sommes tous plus productifs et accomplis dans un espace agréable, social et inspirant, et cette idée se reflète dans notre philosophie du design ».

 

Interrogé sur l’aménagement des bureaux collectifs dans le guide CoWork.io, Pierre-Olivier Pigeot de l’agence française d’architecture Workstyle (spécialisée dans le conseil en workplace ) explique qu’il faut revenir sur les choses fondamentales que sont le rythme biologique et le rythme physiologique, d’ailleurs souvent complètement absents des espaces de bureau. Cela se caractérise par des choses évidentes mais que l’on oublie trop souvent, par exemple proposer une bonne ventilation, avoir accès à la lumière naturelle, à l’extérieur – c’est extrêmement important : travailler au vert favorise la stimulation. On vit au rythme des journées et des saisons dans notre quotidien, eh bien au bureau c’est pareil: il faut voir le temps qu’il fait, ce qu’il se passe dehors.  Le but étant de rendre le travail plus humain grâce à l’espace.

 


  • À Plainpalais, des espaces destinés au coworking et au café, Les Voisins, aménagement réalisé par le bureau YKRA.


  • La Praille est l’un des quatre espaces de coworking romand des gérants Voisins. Un lieu atypique qui fait la part belle aux panneaux contreplaqués en pin maritime.


  • Les Philosophes à Genève est un lieu qui réunit trois espaces distincts mais communicants : une brasserie, un bar à vin et un espace de travail partagé que l’on peut privatiser. Dans ce concept original, l’espace se veut chaleureux, un brin rétro. L’aménagement relève plus du salon que du bureau. Du « cosyworking » en somme !


  • Accueillant entreprises et salariés sur 2300 m2 à Lausanne, Gotham est – selon ses propriétaires- le plus grand espace de coworking de Suisse. Si l’aménagement se caractérise par une sobriété fonctionnelle (architecte Patrick Polli)  ce lieu qui porte le nom de la métropole protégée par Batman intègre des éléments ludiques comme les lampes singe de Seletti, des marquages au sol façon passage piéton ou  des cabines téléphoniques.


  • Esprit « cosyworking » pour cet aménagement des bureaux Canopy à San Francisco. Panneaux de marbre, parquet en bois à chevrons, tapis, rideaux aux teintes poudrées, suspensions dorées (design Michael Anastassiades pour Flos) contribuent à l’ambiance cocooning.


  • Autre vue des bureaux Canopy.


  • Services d’ordinaire réservés aux pépinières, les espaces de coworking se mettent de plus en plus à aider les porteurs de projets pour créer leur structure ou faire la promotion de leur travail. Exemple avec l’Hyperespace à Renens, un lieu de travail destiné à accueillir de jeunes entrepreneurs, où différents services sont assumés par le Design Studio Renens. Côté déco, l’espace fait la part belle au mobilier design (lampe Under the Bell de Muuto, chaise One de Magis…).


  • Espace de coworking WeWork à Amsterdam



Partager cet article