Deco

Chez le designer Piero Lissoni

02 Juin 2022

Architecte, designer et directeur artistique, Piero Lissoni vit et travaille à Milan. Il y a quelque temps déjà, il nous avait ouvert les portes de son territoire privé. Un appartement au style épuré, simple et élégant qui mêle classiques du design et créations personnelles.

 

© Alberto Ferrero/ Photodepartement. Parution EC4/2012.

Piero Lissoni en 2012.

 

Après avoir fait ses classes avec Giulio Cappellini et Rodolfo Dordoni au Politecnico de Milan, il est aujourd’hui l’un des architectes et designers italiens les plus connus et reconnus internationalement. De son fief lombard il dirige le studio d’architecture Lissoni & Partners, qui emploie près de 70 personnes. Piero Lissoni est un auteur prolifique, la liste de ses projets d’architecture, design industriel et conception graphique est impressionnante.

 

Il est directeur créatif pour B&B Italia, Boffi, Living Divani, Lema, Lualdi, Porro pour qui il a conçu une vaste gamme de produits. Reconnu comme l’un des maîtres du design contemporain, il a travaillé avec de nombreuses marques internationales dont Alessi, Antrax, Atlas Concorde, B&B Italia, Bonacina1889, Cappellini, Cassina, Cotto, De Padova, Fantini, Flos, Glas Italia, Golran, Illy, Janus et Cie, Kartell, Kerakoll, KN Industrie, Knoll, Nerosicilia, Olivari, Salvatori, Tecno, Viccarbe. En véritable touche-à-tout, il s’est aussi mesuré à l’univers maritime en dessinant un voilier, des yachts, ainsi que de luxueux resorts, résidences et villas sur les îles Caicos et à Miami.

Dans un quartier à l’architecture homogène et rigoureuse du centre de Milan, Piero Lissoni a aménagé son territoire privé en investissant un bel immeuble de style rationaliste des années quarante. Occupant toute la surface du dernier étage et jouissant d’un panorama à 360 degrés, l’appartement de 200 m2 n’a que le ciel comme interlocuteur, au point d’en faire oublier l’existence des autres habitants de l’immeuble.

 

© Alberto Ferrero/ Photodepartement. Parution EC4/2012.

Dans le grand salon, la lampe Arco d’Achille Castiglioni pour Flos fait face à deux fauteuils originaux en cuir blanc LC2 de Le Corbusier / P. Jeanneret et C. Perriand (1928) édités par Thonet Frères (Contemporary Edition by Cassina). A côté, la banquette PK80 de Poul Kjaerholm pour Fritz Hansen (1957). Au fond, lampe Toyo d’Achille Castiglioni pour Flos. Au premier plan, chaises vintage en cuir PK22 de Poul Kjaerholm (1955/56) éditées par Fritz Hansen dès 1970. Au sol, près du mur blanc de brique, grande lampe en papier De Padova. Tapis berbère couleur crème. Chaise noire vintage PKO de Poul Kjaerholm pour Fritz Hansen (1952).

 

L’appartement nous plonge ainsi la tête dans les nuages. La lumière baigne généreusement les grands espaces règne en maîtresse. Pour préserver l’intimité, des bacs à plantes encadrent les balcons dont les portes d’accès ont été remplacées par d’amples baies vitrées coulissantes. Des séparations internes ont par ailleurs été sacrifiées afin de constituer une grande pièce à vivre nettement séparée de la zone nuit.

 

© Alberto Ferrero/ Photodepartement. Parution EC4/2012.

La grande pièces à vivre résulte de plusieurs opérations de décloisonnement.

 

© Alberto Ferrero/ Photodepartement. Parution EC4/2012.

La salle à manger communique avec la terrasse par une vaste baie vitrée. Au centre, la grande table carrée en marbre et métal a été réalisée d’après un dessin de Piero Lissoni. Autour, les chaises Y vintage de Hans J. Wegner pour Carl Hansen (1950). Sur le mur, l’horloge dessinée par George Nelson pour Hermann Miller et, dans l’angle, la lampe Toyo d’Achille Castiglioni pour Flos. Sur la table, coupes et bols de Kristina Lassus pour Alessi et plat sculpture Murmansk d’Ettore Sottsass pour Memphis en 1982.

 

L’atmosphère de l’appartement reflète un sens maîtrisé des proportions avec un parfait dosage des espaces vides et des pleins. Pas de surcharge ni de vacuité, mais un savant sens de l’équilibre à l’échelle humaine.

 

Ici, ni bling-bling ni coups d’éclat, tant au niveau de la restructuration architecturale que des choix de mobilier. Pas de trip égocentrique non plus. Piero Lissoni peuple sa maison de pièces classiques des maîtres du design mixées avec ses propres créations. Place à Le Corbusier, Ettore Sottsass, George Nelson ou Achille Castiglioni, dont il fut élève. Quelques objets anciens ou à caractère ethnique collectés au fil de ses voyages et de belles pièces vintage de collection se marient joyeusement aux créations plus contemporaines.

 

© Alberto Ferrero/ Photodepartement. Parution EC4/2012.

Devant, une ancienne chaise mongole en marbre. Sur le mur, miroir avec néon Ultrafragola d’Ettore Sottsass pour Poltronova, 1970.

 

La cuisine, rigoureusement Boffi constitue un haut lieu de convivialité pour son propriétaire, qui aime s’exprimer aux fourneaux en ayant chaque ingrédient à portée de main. Ce laboratoire culinaire privilégie la fonctionnalité et communique avec la salle à manger de façon à garder le lien avec les convives.

 

© Alberto Ferrero/ Photodepartement. Parution EC4/2012.

Dans la cuisine ouverte trône l’îlot central Works créé par Piero Lissoni pour Boffi. Sur le feu, la cafetière Pina, également dessinée par le designer pour Alessi en 2006.

 

Sols et parois sont rigoureusement blancs pour mettre en valeur les objets personnels et replacer une fois de plus l’humain au centre de son refuge. Très peu de concessions à la couleur dans l’ensemble, la demeure est entièrement dominée par les tons neutres du beige, de l’écru et du brun, ponctués d’infimes touches de rouge: un tapis indien, un tableau, une lampe.

 

© Alberto Ferrero/ Photodepartement. Parution EC4/2012.

La chambre à coucher parentale dispose d’un accès privé à la terrasse. Le lit a été fait sur mesure d’après un dessin de Piero Lissoni. Sur la gauche, la bibliothèque de Porro héberge une collection de bandes dessinées vintage du Mickey Mouse italien, «Topolino». Le fauteuil Sofa with Arms est de Shiro Kuramata pour Cappellini. A côté, sur la table, la lampe Eclisse de Vico Magistretti pour Flos.

 

© Alberto Ferrero/ Photodepartement. Parution EC4/2012.

La salle de bains de la marque Boffi se décline dans un camaïeu de blanc.

 

Un certain classicisme et une forme de minimalisme se dégagent de l’ensemble. Fidèle à ses valeurs, le style propre, pur et silencieux de Piero Lissoni se déploie en adéquation avec ce qui fait sa marque de fabrique: une apparente simplicité, qui peut sembler banale mais qui respecte avant tout l’homme et ses besoins.

 



TAGS :
Partager cet article