Maison Pratique

Chauffage au bois, toutes les solutions

08 Août 2017

Il existe plus d’une dizaine de types de chauffage au bois différents. Ils ont tous leurs avantages et leurs inconvénients.

Se chauffer au bois, c’est exploiter une énergie locale et renouvelable; valoriser des sous-produits et des déchets de la filière bois.  C’est aussi utiliser une énergie qui n’a pas d’impact sur le climat car cette technologie présente un bilan carbone neutre. Mais si les motivations qui déterminent ce type de chauffage sont souvent claires, opter pour le bon système s’avère parfois délicat. Il existe en effet un très grand nombre d’appareils dont certains sont méconnus du grand public comme la chaudière mixte, la cheminée à pellets, le poêle-hydraulique ou le poêle-barbecue. Petit tour d’horizon de ce qui existe.

 

  • Insert de cheminée Stûv 16-In de Stûv

    L’insert et le foyer. Pour leur fonctionnement, des bouches d’aération situées à la base du caisson assurent une arrivée d’air. Ensuite, l’air circule et se réchauffe à l’intérieur de l’enveloppe. Avantage: un rendement élevé comparable aux poêles. Inconvénient: le budget à rajouter pour l’habillage d’un foyer fermé. Sur la photo Stûv 16-In de Stûv (www.stuv-helvetica.ch) qui s’encastre aussi bien dans un âtre existant que dans une nouvelle cheminée.

  • Cheminée à pellets L’interno de Rika

    La cheminée à pellets. A installer avant le montage d’une cheminée ou dans une cheminée existante, certains foyers fonctionnent avec des copeaux de bois, Avantages: être programmables et pilotables à distance. Inconvénients: l’allure des flammes qui n’est pas tout à fait la même qu’avec une flambée à bûches. Sur la photo L’interno de Rika, www.rika.at

  • le poêle Art-15 d’Attika

    Le poêle à feu continu. Il chauffe pendant qu’il brûle du bois. La chaleur est transmise par convection car le foyer réchauffe l’air qui nous entoure. Avantage: la montée en chauffe de la maison est rapide. Inconvénients: pour que le rendement soit meilleur, il est impératif qu’un système garde une forte température dans la chambre de combustion. Sur la photo : le poêle Art-15 d’Attika d’un rendement de 85% (www.attika.ch).

  • Poêle à accumulation Hera d’Attika

    Le poêle à accumulation. Il stocke la chaleur générée par une courte flambée vigoureuse dans de la pierre, de la brique ou du béton réfractaire. Il la restitue ensuite progressivement même quand il n’y a plus de flammes. Il transmet la chaleur à la fois par convection et par rayonnement. Avantage: la chaleur est constante et agréable. Inconvénients: il met du temps à chauffer. Son prix est plus élevé qu’un poêle à feu continu. Sur la photo, Hera d’attila (www.attika.ch).

  • Le poêle à pellets Cute de MCZ

    Le poêle à pellets. On l’appelle aussi «poêle à granulés». Il consomme des bâtonnets cylindriques constitués de résidus de scierie et de copeaux provenant de la sylviculture. Avantages: le de répondre précisément aux consignes de température qu’on lui indique. Il se charge automatiquement et son allumage est donc programmable. Il peut être pilotable à distance par un smartphone. Inconvénients: la forme des flammes parfois jugées peu esthétiques. Il est moins intéressant si on dispose de bûches à bas prix. Sur la photo, le modèle Cute de MCZ (www.mcz.it).

  • Le poêle mixte bûches et pellets Induo de Rika

    Le poêle mixte. Il prodigue une chaleur agréable par un feu de bûches ou de pellets. Il reconnaît seul quel combustible on a chargé dans l’appareil. Lors de son utilisation, on commence souvent par faire une belle flambée avec des bûches; lorsque le bois est totalement consumé se déclenche automatiquement l’alimentation en granulés. Avantage: avoir deux poêles en un! Inconvénients: produit peu fréquent sur le marché et relativement nouveau, on a donc peu de recul sur son fonctionnement. Sur la photo, le poêle Induo de Rika (www.rika.at).

  • Le poêle hydraulique T-Neo eco2 de Tonwerk

    Le poêle hydraulique. Il existe à bûches ou à pellets. Il permet en effet de chauffer à la fois la pièce dans laquelle il est installé mais aussi des pièces plus éloignées: une partie de la chaleur du poêle est distribuée dans le circuit des radiateurs ou dans le ballon d’eau chaude sanitaire. Avantages: moins cher qu’une chaudière. En vue dans la maison. Inconvénients : Il est moins performant qu’une chaudière. Pour ce qui est des poêles à bûches hydrauliques, il faut recharger manuellement le bois. Sur la photo: T-Neo eco2 de Tonwerk (www.tonwerk.ch)

  • La cuisinière à bois Neos de J. Corradi chez Rochat & Fils

    La cuisinière à bois. Elle sert à la préparation des repas, au chauffage de l’environnement où elle est installée et même au chauffage d’autres pièces lorsqu’elle possède un module hydraulique. Avantages : le charme authentique. L’exclusivité. La praticité. Inconvénients : nécessité d’avoir un conduit de fumée proche de la cuisine. Sans kit hydraulique ou sans système de régulation de la chaudière tenant compte de la température de la maison, ces cuisinières tendent à surchauffer la pièce dans lesquelles elles sont installées. En exemple, Neos de J. Corradi chez Rochat & Fils (www.jcorradi.com, www.rochat.ch).

  • Le poêle barbecue Stûv 30-up de Stûv

    Le poêle-barbecue. Certains poêles et certains inserts permettent de profiter d’un barbecue. Le tirage de la cheminée aspire les odeurs de cuisson. Sur la photo le Stûv 30-up (www.stuv-helvetica.ch). Ici les aliments ne sont pas disposés au-dessus des braises mais devant la flamme. Ils cuisent par rayonnement et ne risquent pas d’être carbonisés par les gouttes de graisse qui s’enflamment en tombant sur les braises. Avantages: la cuisson est rapide. Il ne faut pas attendre d’avoir des braises. Inconvénients: produit peu fréquent sur le marché.

  • poêle de masse, poêle à inerti ou fourneau NunnaUuni revendu par Art-Tisons

    Le poêle de masse. On le nomme aussi «fourneau de masse» ou «à inertie». C’est une sorte de poêle à accumulation, dont la particularité est d’être beaucoup plus lourd (2 à 3 tonnes), de ne chauffer que par rayonnement et d’avoir des portées de rayons beaucoup plus grandes. Par rayonnement signifie que le corps du poêle nous transmet directement l’énergie calorifique sans chauffer l’air, comme les rayons du soleil chauffe notre peau en hiver. Avantages. Sa chaleur douce restituée lentement. Peut remplacer une chaudière. Inconvénients: l’encombrement et le prix. Sur la photo: un fourneau NunnaUuni revendu par Art-Tisons (www.art-tisons.ch),

  • La chaudière à bûches Biosmart de Tiba

    La chaudière à bûches. Lors de son fonctionnement, la chaudière produit d’un coup beaucoup de chaleur, puis la stocke avant de la libérer en fonction de la demande. Elle est peu modulante, autrement dit elle ne sait pas produire de la chaleur en petite puissance. Cette caractéristique fait qu’on couple toujours une chaudière à bûches avec un accumulateur d’eau sanitaire. On évite aussi en été d’allumer la chaudière à bois uniquement pour l’eau sanitaire (d’où des panneaux solaires thermiques). Avantage: le prix. Inconvénients: stockage du bois. Autonomie: 6 à 20 h. Sur la photo, Biosmart de Tiba (www.tiba.ch).

  • La chaudière à pellets Nano de Heitzman

    La chaudière à pellets. Dans ce type d’appareil, les granulés sont stockés dans une réserve à proximité de la chaudière et sont acheminés vers celle-là au moyen d’une vis sans fin ou d’une aspiration pneumatique. Avantages: certains modèles son modulants. Programmable pilotable à distance. Autonomie de plusieurs mois. Inconvénients: le stockage des granulés dans un silo. Le pellet est moins intéressant si on dispose de bûches à bas prix. Sur la photo, Nano de Heitzman (www.heitzmann.ch), une chaudière à pellets basse température spécialement conçue pour les maisons individuelles demandant peu de chaleur

  • La chaudière mixte Duowin de Windhager

    La chaudière mixte. Elle détecte la fin de combustion du générateur bois et, si l’énergie disponible dans la chaudière et l’accumulateur de chaleur est insuffisante, elle passe en mode pellets, soit automatiquement soit selon la temporisation souhaitée. Avantages: Pouvoir s’adapter à l’évolution du prix des deux combustibles. Alimentation automatique et autonomie de l’appareil. Inconvénients: Nécessité d’avoir un silo pour les pellets et un abri pour les bûches. Produit peu fréquent sur le marché. Sur la photo, Duowin de Windhager (www.windhager.com)



Partager cet article