Maison Pratique

Ajouter une pièce à un logement

30 Sep 2021

Valorisation d’un bien immobilier, nécessité de travailler à domicile, naissance d’un enfant: les raisons d’ajouter une pièce à un logement d’habitation sont nombreuses. Entre solutions d’aménagement et informations sur la réglementation suisse, voici quelques conseils pour créer un espace supplémentaire.

 

©Alice Camandona

Réalisation d’une verrière intérieure par l'architecte italien Alessandro Tomei.

 

Si pendant longtemps, on a rêvé de grands espaces ouverts où vivre ensemble, on aspire désormais à davantage de cloisonnement dans les maisons et les appartements. Or, pour diviser un espace en plusieurs zones, de nombreuses solutions existent, permettant de répondre à différentes activités et niveaux d’intimité.

 

Si vous n’êtes pas décidé sur le long terme, mieux vaut opter pour des cloisons autoportantes ou des séparations amovibles (exemples ici). Cependant, si vous avez besoin d’utiliser des surfaces mal exploitées de type couloir, d’inverser des pièces, de déplacer la cuisine ou la salle de bain, ces solutions s’avèreront rapidement limitées. Pour créer une pièce de vie supplémentaire, il vous faudra prévoir de solides cloisons, repenser la circulation entre les espaces, revoir les arrivées d’eau et l’évacuation des eaux usées, l’électricité, la ventilation, et enfin, prêter une attention particulière aux revêtements.

 

Attention, un espace n’est pas une pièce!

 

En Suisse, le calcul du nombre de pièces d’une habitation se décompte avec les dénominations “2 pièces”, “3 pièces”, “4 pièces…”. Ne sont pas considérées comme des pièces la cuisine, les toilettes, la salle de bain et la buanderie. Exception faite à Genève, où la cuisine est comptée comme une pièce si elle n’est pas ouverte (on parlera alors plutôt de demi-pièce).

 

Par ailleurs, pour être considéré comme une pièce, un espace doit réunir un certain nombre de critères.

 

  • La surface: dans le canton de Genève, toute pièce pouvant servir à l’habitation et toute cuisine doit avoir en principe 9 m2 (art. 52 de la Loi sur les constructions et les installations diverses LCI). Dans le canton de Vaud, on parle plutôt de volume. Tout local susceptible de servir à l’habitation ou au travail sédentaire doit avoir une capacité d’au moins 20 m³. Les chambres à coucher occupées par plus d’une personne auront une capacité d’au moins 15 m³ par occupant (art. 25, Règlement d’application de la Loi du 4 décembre 1985 sur l’aménagement du territoire et les constructions RLATC).

 

  • La hauteur: selon les cantons, la hauteur minimale d’une pièce se situe entre 1,80 et 2,20 m. Les parties situées sous les combles sont cependant prises en compte dans le calcul du nombre de pièces à partir d’un minimum de hauteur.

 

  • L’ouverture: une pièce doit être aérée et éclairée par un jour vertical ouvrant sur l’extérieur. Autrement dit, une pièce en second jour (dont la lumière provient exclusivement d’une pièce adjacente car elle est sans fenêtre extérieure) ne peut pas être officiellement considérée comme une pièce.

 

  • La ventilation pour les cuisine et salle de bain: il convient de se renseigner précisément sur les réglementations locales. À Genève par exemple, la LCI (art. 54) stipule que les W.-C., cuisines, laboratoires, buanderies et salles d’eau doivent être équipés d’un moyen de ventilation autre que la fenêtre.

 

Penser aux autorisations

 

Dans le canton de Genève, les travaux projetés à l’intérieur d’une villa individuelle ne sont pas soumis à une autorisation de construire, pour autant qu’ils ne modifient pas la surface habitable du bâtiment. Mais attention dans les autres cas, la Loi sur les démolitions, transformations et rénovations de maisons d’habitation (LDTR) impose de faire une demande au Département de l’urbanisme avant les travaux. Elle concerne également les réaffectations. Cette demande (APA) est indispensable pour pouvoir requalifier un appartement lors d’une vente ou d’une location.

 

Dans les autres cantons, les travaux de construction, transformation ou de démolition doivent être annoncés à la commune qui décidera si elle peut octroyer un permis de construire ou si les travaux sont assujettis à une autorisation du district ou du canton.  

 

De manière générale en Suisse, les projets de construction qui ne requièrent aucune autorisation sont limités. En effet, même de petits travaux peuvent avoir un impact sur le facteur bruit, l’environnement, l’évacuation des eaux ou la ventilation. C’est à ce titre que les projets de rénovation et de transformation sont largement contrôlés.

 

À suivre, quelques exemples et astuces pour vous aider à cloisonner une pièce dans un espace existant.  

 

 

Solution 1: monter des cloisons avec une large ouverture

Construire des murs s’avère la solution la plus évidente pour créer une pièce supplémentaire. C’est aussi celle qui isolera le mieux du bruit. Elle facilitera enfin l’installation de nouvelles arrivées électriques. Pour éviter toute sensation de claustration dans une pièce exiguë cloisonnée par des murs, on peut miser sur une large ouverture de passage entre les deux espaces que l’on sépare. Il est aussi possible de créer une fenêtre intérieure dans la partie supérieure du mur. Quoi qu’il en soit, choisir des revêtements différents pour chaque pièce et créer des différences de niveaux permettront de donner une identité visuelle forte à chaque espace. 

 

Un salon exigu paré de boiseries et séparé de l’espace cuisine-salle à manger par une large ouverture. Si au sol, le béton ciré crée un lien entre les deux pièces, les murs et les plafonds sont traités avec des revêtements différents. Réalisation des architectes Friis & Moltke A/S et Mette and Martin Wienberg.

 

 

Solution 2: créer un mur asymétrique

S’ils sont souvent imposés par la configuration de l’espace, les murs de biais ou asymétriques donnent du rythme à l’agencement intérieur.

 

Réalisation Shkaf Architects.

 

 

Solution 3: utiliser un rideau de portes coulissantes 

En intérieur, les portes coulissantes offrent des transitions fluides entre les espaces, avec l’avantage de pouvoir être installées ou démontées sans lourds travaux. De nombreuses finitions pour les panneaux existent aujourd’hui, allant de l’effet cuir à l’effet pierre. On peut aussi choisir des panneaux en verre transparent, à condition d’ajouter des rideaux. La solution la plus esthétique consiste à choisir des portes dont les rails peuvent être encastrés dans le mur et le plafond. Rimadesio, par exemple, propose des portes coulissantes réalisées sur mesure avec des cadres en aluminium d’épaisseur minimale. La société utilise des rails de coulissement encastrés brevetés, qui permettent une parfaite mise à niveau, en assurant des mouvements parfaits, en particulier dans les grandes compositions. 

 

Système de portes coulissantes Graphis Plus de Rimadesio. Existe avec panneau en cuir ou effet pierre.

 

Système de portes coulissantes Valeria de Rimadesio. Portes en verre trempé satiné.

 

Dans cette réalisation d'int2 architecture (intérieur MFN), des portes coulissantes séparent la chambre de l'espace cuisine-salle à manger. Des rideaux viennent préserver l'intimité.

 

 

Solution 4: choisir des portes battantes coplanaires

Très discrètes, les portes coplanaires se situent sur le même plan que le mur ou la cloison qui les hébergent. Leur cadre ne dépasse pas en saillie de la paroi.  On les retrouve, par exemple, dans le système Wall&Door de Lualdi, qui se compose de portes et de panneaux verticaux. Les portes et les panneaux s’assemblent pour composer des parois homogènes, parfaitement planes et recouvertes du même revêtement. Le système existe avec des finitions bois, laque, cuir, tissu, lattes, métal.

 

Système de séparation de pièces Wall&Door de Lualdi.

 

 

Solution 5: opter pour des parois en accordéon

Les portes pliantes présentent une ouverture en accordéon dans la mesure où leurs vantaux se replient les uns sur les autres. Elles permettent de libérer au maximum l’espace de passage. Elles peuvent s’utiliser seules ou à l’intérieur d’une cloison.

 

Réalisation à Barcelone d’Adrian Elizalde Architecture. Une fois ouverte, les portes se poussent sur le côté, contre le mur en briques.

 

Volet pliant sur mesure permettent de créer une cloison en accordéon dans la partie supérieure du mur. Réalisation: Hutch Design (Hackney Mews House).

 

 

Solution 6: créer une verrière intérieure

L’installation d’une verrière intérieure répond souvent à un besoin d’aménagement. Elle permet de créer un espace distinct qui aura sa propre fonction, tout en laissant passer un maximum de luminosité. Sur le même principe, les cloisons intérieures vitrées – dont la partie inférieure est maçonnée ou en bois – permettent d’ajouter de l’intimité.

 

Sur le sol de la cuisine et du salon séparés par une verrière, le carrelage Apogeo de Tagina.

 

Réalisation Atelier XÜK.

 



Partager cet article