Daniel Rozin, Wooden Mirror (2014), bois, moteur, caméra vidéo. logiciel

Design

Un monde de reflets

À Lausanne, les questions de l’identité et de l’influence du culte de l’image sur la création contemporaine sont au cœur de deux expositions.

Exposition "Miroir Miroir" au mudac, jusqu'au 1er octotre 2017

Doug Aitken, YOU/YOU (2012), mousse haute densité, bois, miroir et verre, Courtesy Galerie Eva Presenhuber, Zurich.

 

L’idée de cette exposition a germé dans l’esprit de Marco Costantini, commissaire de « Miroir Miroir », à travers l’observation de la pratique diffuse des autoportraits et autres selfies qui selon lui bouleversent la représentation du moi. Auparavant, le portrait mettait un visage sur un personnage célèbre, maintenant c’est l’inverse, le portrait peut faire de quiconque une célébrité. Loin des clichés d’une superficialité purement plastique, la nouvelle exposition du musée lausannois de design se veut sociologique et pose la question du rapport à l’image. Du mythe antique de Narcisse, le chasseur amoureux de son propre reflet, à Kim Kardashian, star de la télé-réalité devenue célèbre en postant des selfies sur les réseaux sociaux, « Miroir Miroir » rassemble une série de projets très variés. Photographies, installations, miroirs en bois, noirs ou parlants, jusqu’aux incontournables dispositifs technologiques, dont certains relèvent parfois du gadget, abordent tous à leur manière ces nouvelles pratiques. Une sélection d’une cinquantaine de designers et artistes de renom dont Bill Viola, Pipilotti Rist, Sandrine Pelletier, Mat Collishaw, Arik Levy ou Un monde de reflets Matali Crasset. Une succession de huit salles thématiques avec des pièces emblématiques comme le papier peint en autoportrait d’Andy Warhol, le miroir froissé de Mathias Kiss ou l’intrigant « Temporary Printing Machine » de Random International, sorte de miroir digital éphémère qui renvoie votre reflet quelques secondes seulement. Premier miroir mécanique jamais construit, « Wooden Mirror » de Daniel Rozin reconstitue l’image par l’ombre et non par la lumière grâce à des cubes en bois comme des maxi-pixels pivotant pour reconstituer l’image du spectateur. Autant de dispositifs qui renvoient une image disloquée, floue, dégradée transformant le reflet en abstraction. Des pièces fortes qui, au-delà de la simple contemplation, posent un regard critique sur ces nouvelles pratiques.

Plus d'infos sur le site du mudac

 

Exposition "Face / Surface", jusqu'au 31 juillet, Mobilab Gallery 

Daniela Droz, Apophénie, 2016, Inox poli miroir, Courtesy : Mobilab Gallery, Lausanne, Photo © Daniela Droz

 

En parallèle à l’exposition au Mudac, Mobilab s’empare à son tour du thème du miroir, objet à la fois mystique et quotidien selon Hérard, fondateur de la galerie lausannoise qui présente « Face/Surface ». Comme son titre l’indique, on reste ici sur l’apparence des choses, la façade sur laquelle affleurent, émergent les reflets. Le contenu devient le contenant et le support de l’image constitue l’objet sur lequel neuf créateurs de la scène locale ont travaillé. La galerie présente plusieurs nouveaux projets, dont les miroirs opercules d’Adrien Rovero qui, tels des cartels signalétiques, semblent inviter à détourner le regard de son propre reflet pour regarder dans la direction indiquée. Avec encore plus d’évidence, le miroir martelé de Raphaël Lutz disloque la surface plane et modifie le reflet de soi. Présenté aussi au Mudac, le miroir-sculpture tridimensionnel en inox poli de la photographe Daniela Droz projette des volumes architecturaux abstraits. Utilisant l’illusion d’optique, « Apophénie » ne renvoie pas une mais plusieurs images du spectateur qui se retrouve face à une fragmentation de lui-même et de son reflet. « Look at me » de l’artiste et souffleur de verre Matteo Gonet est explicite par son titre et évoque aussi bien un punching ball qu’une goutte de mercure géante. Réalisé en verre soufflé et miroir aux sels d’argent, cette grande sculpture sphérique déforme le réel. La distorsion dans la réflexion de sa propre image prouve une fois de plus que le reflet, l’image de soi, n’est qu’une illusion.

Plus d'infos sur le site de Mobilab Gallery

 

Design / 20 Jun 2017

Texte: Patricia Lunghi

Agenda

Galeries

publicité