Design

Les Puces du design, rendez-vous des passionnés

Créations emblématiques du XXe siècle et pièces de créateurs inconnus se rencontrent et se répondent aux Puces du design de Lausanne entre le 5 et le 7 mai. Ces objets tant convoités des visiteurs sont sélectionnés par 80 exposants en provenance de Suisse et d’Europe. Ils se déclinent en une véritable farandole de meubles, de luminaires, de tableaux, de lithographies, de verreries, de céramiques, de bijoux et de vêtements en tous genres. S’ils offrent un riche panorama de la création tout au long du siècle dernier, certains d’entre eux sont particulièrement convoités comme nous l’ont confié les exposants. 

 Puces du design 2017

Pour le directeur de Pryma dont la galerie est située à Lausanne: « Les grands classiques de années cinquante-soixante restent des valeurs sures, les beaux bois aussi. Les chaises Eames sont toujours très recherchées mais on les voit tellement partout qu’il est possible qu’elles finissent par lasser.

Parallèlement, les connaisseurs redécouvrent le mobilier de certains designers comme Severin Hansen et Gastone Rinaldi. Mais une bonne partie du public recherche avant tout du mobilier pratique, confortable et à un prix abordable »

Pryma

Pour Benoît Carpier de la galerie Neoantic à Paris: « Les amateurs de design ont tendance à rechercher des luminaires signés de designers qu’ils connaissent via les magazines : Arne Jacobsen, Gio Ponti, Gino Sarfatti, Jo Hammerborg… ou des éditions de Stilnovo. Parmi les designers qui commencent à être mieux connus on peut citer Louis Kalff qui a beaucoup travaillé pour Philips.

Autre tendance: l’engouement pour les éclairages indirects au détriment des suspensions qui procurent un éclairage direct. Enfin, la valeur d’un luminaire vient de sa rareté. Ainsi les opalines d’origine sont précieuses car beaucoup ont été cassées au fil du temps ».

galerie neoatic

Pour Max Reitmeier et Anaïs Hostetller de la galerie Etoz à Bern: « Notre galerie a toujours proposé du design vintage à contrecourant des modes: du mobilier suisse de Max Ernst Haefeli,  des meubles Art Déco épurés, du design Postmoderne des années huitante…

Même aujourd’hui le Postmodernisme continue de provoquer et d’irriter une grande partie du public à cause de ses formes tranchantes et de ses couleurs vives. Il ne sera jamais tendance. Cependant, les romands semblent plus réceptifs à ce style que les suisses allemands. Certainement parce qu’ils connaissaient bien Philippe Starck dont le design est souvent expressif, ironique et un brin provocateur ».  

Etoz

 

Puces du design
Palais Beaulieu
Lausanne
Du 5 au 7 mai 2017

 

Design / 05 May 2017

Texte: Magali Prugnard

Agenda

Galeries

publicité