La 6ème édition d’Artgenève a ouvert ses portes le 26 et se tient jusqu’au dimanche 29 janvier à Palexpo.

Artgenève se démarque des autres foires internationales d’art par sa dimension plus intimiste. En effet, il est agréable de parcourir les allées à la découverte d’œuvres et à la rencontre des galeristes, sans jamais arriver à l’overdose que l’on peut ressentir dans des foires mastodontes telles que Art Basel.
Autres spécificités des lieux : Parmi les 112 exposants, se côtoient des galeries commerciales - de la jeune galerie à l’empire multinational -, des institutions, des espaces d’art et des écoles. La vocation commerciale du salon n’oublie donc jamais la valeur culturelle de l’art. De plus, le collectionneur a ici accès, selon son budget, à des œuvres très cotées mais aussi à des travaux, plus accessibles, de jeunes artistes prometteurs.

Dans la section institutionnelle, le Mamco signe, sous la direction de Lionel Bovier, la proposition la plus originale avec « In course of acquisition ». Le stand du musée s’est ouvert sur une page blanche amenée à s’enrichir au fur et à mesure des acquisitions effectuées sur les stands voisins des galeries. La démarche rendue possible par l’association des amis du Mamco et de généreux donateurs illustre le processus d’acquisition du musée, actif dans l’expansion de sa collection, autant qu’elle souligne l’importance de la foire d’art comme lieu de synergies et de rencontres à la fois commerciales et culturelles.
Le Mamco participe également aux expositions spéciales avec le prêt de « Habibi », un squelette monumental de Adel Abdessemed qui accueille le visiteur dès son entrée. 

Le clou des expositions mandatées par le salon est sans conteste l’installation lumineuse « Vertical Works » (2011) de Anthony McCall. La lumière rendue visuellement solide par de la fumée dessine des espaces fictifs et abstraits que le spectateur est invité à traverser et à expérimenter.

Artgenève offre aussi la part belle aux prix. Le Prix de la Mobilière pour les jeunes artistes suisses y expose les nominés de l’édition 2017 ainsi que le lauréat, Bertold Stallmach, et ses films d’animation. On découvre plus loin les œuvres des jeunes artistes primés par le jury international des New Heads - Fondation BNP Paribas Art Awards. Mais le salon décerne aussi sa propre distinction, le Prix Solo artgenève - F.P. Journe. Cette année, son jury composé de Caroline Bourgeois (Collection François Pinault), Lionel Bovier (Mamco, Genève) et Johanna Burton (New Museum, New York) a récompensé l'artiste Walter Robinson, représenté par la Galerie Sébastien Bertrand (Genève).

Introduit en grande pompe en 2015, le design se fait plus discret deux ans plus tard. L'espace consacré au design a été confié à l’artiste français Mathieu Mercier qui n’avait que deux galeries où piocher des pièces. Les animaux empaillées, fil rouge surréaliste de cette sélection, ont par contre l’avantage de rendre la scénographie tout à fait photogénique. 

Enfin, le programme se poursuit hors les murs, notamment avec artgenève/sculptures visible jusqu'au 31 mars. Proposées par les galeries exposantes du salon, dix sculptures de Séverine Hubard, Jeppe Hein ou Marc Quinn pour ne citer qu'eux, ont été installées sur les quais de la rive droite du Léman. 

www.artgeneve.ch, Palexpo, Genève. Jusqu'au 29 janvier

Art / 27 Janvier 2017

Texte: Corine Stübi

publicité