Aesop est une entreprise de cosmétique pas comme les autres : Au lieu d’investir massivement dans la publicité pour se forger une image, elle se sert de ses boutiques au design remarquable comme d’un outil marketing.
Depuis sa création en 1987 à Melbourne, la marque australienne s’est installée un peu partout dans le monde et multiplie les collaborations avec des architectes et des décorateurs, dont certains sont aussi incontournables que Dimore Studio, Ilse Crawford, Snøhetta ou, récemment, les frères Campana. Son affinité avec l’architecture est si forte que l’enseigne s’est désormais dotée de son propre département design.

Aesop, Saint-Sulpice, Paris. Dimore Studio

Toutes uniques, les architectures de ces temples de la beauté s’inspirent de l’esprit des lieux, de l’histoire du bâtiment ou du contexte de la ville.

À Zurich, par exemple, l’architecte australien Rodney Eggleston, fondateur de March Studio, impressionné par la beauté des matériaux des chantiers qui ponctuent la ville, a imaginé un rayonnage de style industriel composé d’échafaudages recyclés pour présenter les produits. À Genève, il propose un décor plus décadent. Parée de cuivre, la boutique de la Rue de la Fontaine évoque les institutions internationales et le coffre-fort suisse. Dernièrement, les frères Campana ont fait de la brique Cobogó, une brique ajourée répandue en Amérique du Sud, l’élément décoratif central de la nouvelle boutique à São Paulo. Dimore Studio à Corso Magenta, Milan, a réveillé la magie des garde-mangers des fastueuses villas italiennes du début du 20ème siècle et des bottegas encore présentes dans le quartier historique. Alors qu’au sein du très arty Berlin-Mitte, ce sont les monochromes de Gerhardt Richter, le Bauhaus et la gare d’Alexanderplatz qui ont influencé le projet du bureau allemand Weiss-heiten.

Aesop, Prinsengate, Oslo. Snøhetta

La marque est devenue un véritable cas d’école lorsqu’il s’agit de retail design. Pendant que d’autres tendent à reproduire des magasins identiques dans le monde entier, aucune boutique Aesop ne ressemble à une autre. Leur seul point commun: le produit.
Avec des contenants noirs et des étiquettes au graphisme sobre en noir et blanc empruntant au style épuré de la pharmacie, le packaging s’identifie au premier coup d’oeil. Les écrins peuvent ainsi varier à l’extrême, se fondre dans leur environnement ou briller par leur signature prestigieuse, ils sont la plus-value d’un produit qui reste évidemment le fil conducteur du consommateur.

Aesop, Kyoto. Shinichiro Ogata, Simplicity

Si le même produit est vendu partout dans le monde, chaque boutique doit pouvoir s’intégrer localement. Raison pour laquelle, Aesop fait le plus possible appel aux services d’architectes ou de designers du cru et encourage l’utilisation de matériaux locaux. En somme, un modèle glocal de plus en plus tendance aujourd’hui.

Tour d’horizon de nos 10 architectures favorites

Architecture / 25 Novembre 2016

Texte: Corine Stübi

publicité